Voir le Projet II.

     Le site Arrête ton char propose, au format PDF, de nombreux sujets et rapports, sur plusieurs décennies. Sont regroupés, sur le même site, plusieurs sujets de version latine.

     Quelques copies de concours se trouvent sur cette page (voir le Projet I).

Session 1978

Composition française

Les pouvoirs de la poésie.

Version latine

Pline le Jeune, Lettres, VI, 20, 12-18

PLINE LE JEUNE ET SA MÈRE ONT QUITTÉ MISÈNE
ET ESSAIENT D’ÉCHAPPER À L’ÉRUPTION DU VÉSUVE

Tum mater orare hortari jubere, quoquo modo fugerem ; posse enim juvenem (1), se et annis et corpore gravem bene morituram, si mihi causa mortis non fuisset. Ego contra, salvum me nisi una non futurum. Dein manum ejus amplexus addere gradum cogo. Paret aegre incusatque se quod me moretur. Jam cinis, adhuc tamen rarus. Respicio ; densa caligo tergis imminebat, quae nos torrentis modo infusa terrae sequebatur. « Deflectamus, inquam, dum videmus, ne in via strati comitantium turba in tenebris obteramur. » Vix consideramus, et nox, non qualis inlunis aut nubila, sed qualis in locis clausis lumine exstincto. Audires ululatus feminarum, infantum quiritatus, clamores virorum ; alii parentes, alii liberos, alii coniuges vocibus requirebant, vocibus noscitabant ; hi suum casum, illi suorum miserabantur ; erant qui metu mortis mortem precarentur ; multi ad deos manus tollere, plures nusquam jam deos ullos aeternamque illam et novissimam noctem mundo interpretabantur. Nec defuerunt qui fictis mentitisque terroribus vera pericula augerent. Aderant qui Miseni illud ruisse, illud ardere, falso sed credentibus nuntiabant. Paulum reluxit, quod non dies nobis sed adventantis ignis indicium videbatur. Et ignis quidem longius substitit, tenebrae rursus, cinis rursus multus et gravis. Hunc identidem adsurgentes excutiebamus ; operti alioqui atque etiam oblisi pondere essemus. Possem gloriari non gemitum mihi, non vocem parum fortem in tantis periculis excidisse, nisi me cum omnibus, omnia mecum perire misero, magno tamen mortalitatis solacio, credidissem. Tandem illa caligo tenuata quasi in fumum nebulamve discessit ; mox dies verus, sol etiam effulsit, luridus tamen qualis esse cum deficit solet.

(1) Pline avait alors dix-huit ans.

Version grecque

Démosthène, Sur les forfaitures de l’ambassade, 259-263

UNE MALADIE QUI ENVAHIT LA GRÈCE

Νόσημα γάρ, ὦ ἄνδρες Ἀθηναῖοι, νόσημα δεινὸν ἐμπέπτωκεν εἰς τὴν Ἑλλάδα, καὶ χαλεπὸν καὶ πολλῆς τινὸς εὐτυχίας καὶ παρ’ ὑμῶν ἐπιμελείας δεόμενον. Οἱ γὰρ ἐν ταῖς πόλεσι γνωριμώτατοι καὶ προεστάναι τῶν κοινῶν ἀξιούμενοι, τὴν αὑτῶν προδιδόντες ἐλευθερίαν οἱ δυστυχεῖς, αὐθαίρετον αὑτοῖς ἐπάγονται δουλείαν, Φιλίππῳ ξενίαν καὶ ἑταιρίαν καὶ φιλίαν καὶ τοιαῦθ’ ὑποκοριζόμενοι· οἱ δὲ λοιποὶ καὶ τὰ κύρι’ ἅττα ποτ’ ἔστ’ ἐν ἑκάστῃ τῶν πόλεων, οὓς ἔδει τούτους κολάζειν καὶ παραχρῆμ’ ἀποκτιννύναι, τοσοῦτ’ ἀπέχουσι τοῦ τοιοῦτόν τι ποιεῖν ὥστε θαυμάζουσι καὶ ζηλοῦσι καὶ βούλοιντ’ ἂν αὐτὸς ἕκαστος τοιοῦτος εἶναι. Καίτοι τοῦτο τὸ πρᾶγμα καὶ τὰ τοιαῦτα ζηλώματα Θετταλῶν μέν, ὦ ἄνδρες Ἀθηναῖοι, μέχρι μὲν χθὲς ἢ πρώην τὴν ἡγεμονίαν καὶ τὸ κοινὸν ἀξίωμ’ ἀπωλωλέκει, νῦν δ’ ἤδη καὶ τὴν ἐλευθερίαν παραιρεῖται· τὰς γὰρ ἀκροπόλεις αὐτῶν ἐνίων Μακεδόνες φρουροῦσιν· εἰς Πελοπόννησον δ’ εἰσελθὸν τὰς ἐν Ἤλιδι σφαγὰς πεποίηκε, καὶ τοσαύτης παρανοίας καὶ μανίας ἐνέπλησε τοὺς ταλαιπώρους ἐκείνους ὥσθ’, ἵν’ ἀλλήλων ἄρχωσι καὶ Φιλίππῳ χαρίζωνται, συγγενεῖς αὑτῶν καὶ πολίτας μιαιφονεῖν. Καὶ οὐδ’ ἐνταῦθ’ ἕστηκεν, ἀλλ’ εἰς Ἀρκαδίαν εἰσελθὸν πάντ’ ἄνω καὶ κάτω τἀκεῖ πεποίηκε, καὶ νῦν Ἀρκάδων πολλοί, προσῆκον αὐτοῖς ἐπ’ ἐλευθερίᾳ μέγιστον φρονεῖν ὁμοίως ὑμῖν (μόνοι γὰρ πάντων αὐτόχθονες ὑμεῖς ἐστε κἀκεῖνοι), Φίλιππον θαυμάζουσι καὶ χαλκοῦν ἱστᾶσι καὶ στεφανοῦσι, καὶ τὸ τελευταῖον, ἂν εἰς Πελοπόννησον ἴῃ, δέχεσθαι ταῖς πόλεσίν εἰσιν ἐψηφισμένοι. Ταὐτὰ δὲ ταῦτ’ Ἀργεῖοι. Ταῦτα νὴ τὴν Δήμητρα, εἰ δεῖ μὴ ληρεῖν, εὐλαϐείας οὐ μικρᾶς δεῖται, ὡς βαδίζον γε κύκλῳ καὶ δεῦρ’ ἐλήλυθεν, ὦ ἄνδρες Ἀθηναῖοι, τὸ νόσημα τοῦτο. Ἕως οὖν ἔτ’ ἐν ἀσφαλεῖ, φυλάξασθε καὶ τοὺς πρώτους εἰσαγαγόντας ἀτιμώσατε· εἰ δὲ μή, σκοπεῖθ’ ὅπως μὴ τηνικαῦτ’ εὖ λέγεσθαι δόξει τὰ νῦν εἰρημένα ὅτ’ οὐδ’ ὅ τι χρὴ ποιεῖν ἕξετε. Οὐχ ὁρᾶθ’ ὡς ἐναργές, ὦ ἄνδρες Ἀθηναῖοι, καὶ σαφὲς παράδειγμ’ οἱ ταλαίπωροι γεγόνασιν Ὀλύνθιοι ; Οἳ παρ’ οὐδὲν οὕτως ὡς τὸ τοιαῦτα ποιεῖν ἀπολώλασιν οἱ δείλαιοι.

*

Session 1991

Composition française

Dans un recueil d’impressions et d’idées intitulé Rhumbs, Paul Valéry écrit :

« Une œuvre est solide quand elle résiste aux substitutions que l’esprit d’un lecteur actif et rebelle tente toujours de faire subir à ses parties.

N’oublie jamais qu’une œuvre est une chose finie, arrêtée et matérielle. L’arbitraire vivant du lecteur s’attaque à l’arbitraire mort de l’ouvrage. »

Vous direz ce que vous pensez de ces remarques en vous fondant sur des exemples précis empruntés à la littérature française.

Version latine

Ovide, L’Art d’aimer, I, v. 527-562

ARIANE, ABANDONNÉE PAR THÉSÉE SUR L’ÎLE DE DIA, Y RENCONTRE LE CORTÈGE DE BACCHUS.

Cnosis (1) in ignotis amens errabat harenis,
     qua breuis aequoreis Dia feritur aquis ;
utque erat e somno, tunica uelata recincta,
     nuda pedem, croceas inreligata comas,               
Thesea crudelem surdas clamabat ad undas,
     indigno teneras imbre rigante genas.
Clamabat flebatque simul, sed utrumque decebat ;
     non facta est lacrimis turpior illa suis.
Iamque iterum tundens mollissima pectora palmis :              
     « Perfidus ille abiit : quid mihi fiet ? » ait.
« Quid mihi fiet ? » ait. Sonuerunt cymbala toto
     litore et adtonita tympana pulsa manu.
Excidit illa metu rupitque nouissima uerba ;
     nullus in exanimi corpore sanguis erat.               
Ecce, Mimallonides sparsis in terga capillis,
     ecce, levus satyri, praeuia turba dei.
Ebrius, ecce, senex pando Silenus asello
     uix sedet et pressas continet ante iubas.
Dum sequitur Bacchas, Bacchae fugiuntque petuntque               
     Quadrupedem ferula dum malus urget eques,
in caput aurito cecidit delapsus asello ;
     clamarunt Satyri : « Surge age, surge, pater. »
Iam deus in curru, quem summum texerat uuis,
     tigribus adiunctis aurea lora dabat ;           
et color et Theseus et uox abiere puellae,
     terque fugam petiit terque retenta metu est.
Horruit, ut steriles agitat quas uentus aristas,
     ut leuis in madida canna palude tremit.
Cui deus : « En, adsum tibi cura fidelior », inquit ;             
     « pone metum : Bacchi, Cnosias, uxor eris.
Munus habe caelum : caelo spectabere sidus ;
     saepe reget dubiam Cressa Corona ratem. »
Dixit et e curru, ne tigres illa timeret,
     Desilit, imposito cessit harena pede,       
implicitamque sinu (neque enim pugnare ualebat)
     abstulit ; in facili est omnia posse deo.

(1) Cnosis désigne Ariane.

Version grecque

Athénion, Les Habitants de Samothrace,
cité par Athénée, Deipnosophistes, XIV, 80, 660e-661d

UN CUISINIER EXPLIQUE COMMENT SON ART A CIVILISÉ L’HUMANITÉ. (Personnages : le cuisinier est désigné par A et son interlocuteur par B.)

A. Οὐκ οἶσθ’ ὅτι πάντων ἡ μαγειρικὴ τέχνη
πρὸς εὐσέϐειαν πλεῖστα προσενήνεχθ’ ὅλως ;
Β. Τοιοῦτόν ἐστι τοῦτον ; Α. Πάνυ γε, βάρϐαρε.
Τοῦ θηριώδους καὶ παρασπόνδου βίου
ἡμᾶς γὰρ ἀπολύσασα καὶ τῆς δυσχεροῦς
ἀλληλοφαγίας ἤγαγ’ εἰς τάξιν τινὰ
καὶ τουτονὶ περιῆψεν ὃν νυνὶ βίον
ζῶμεν. Β. Τίνα τρόπον ; Α. Πρόσεχε, κἀγώ σοι φράσω.
Ἀλληλοφαγίας καὶ κακῶν ὄντων συχνῶν
γενόμενος ἄνθρωπός τις οὐκ ἀϐέλτερος
ἔθυσ’ ἱερεῖον πρῶτος, ὤπτησεν κρέας.
αὑτοὺς μὲν οὐκ ἐμασῶντο, τὰ δὲ βοσκήματα
θύοντες ὤπτων. Ὡς δ’ ἅπαξ τῆς ἡδονῆς
ἐμπειρίαν τιν’ ἔλαϐον, ἀρχῆς γενομένης
ἐπὶ πλεῖον ηὖξον τὴν μαγειρικὴν τέχνην.
Ὅθεν ἔτι καὶ νῦν τῶν πρότερον μεμνημένοι
τὰ σπλάγχνα τοῖς θεοῖσιν ὀπτῶσιν φλογὶ
ἅλας οὐ προσάγοντες· οὐ γὰρ ἦσαν οὐδέπω
εἰς τὴν τοιαύτην χρῆσιν ἐξευρημένοι.
Ὡς δ’ ἤρεσ’ αὐτοῖς ὕστερον, καὶ τοὺς ἅλας
προσάγουσιν ἤδη, τῶν ἱερῶν γε δρωμένων
τὰ πάτρια διατηροῦντες. Ἅπερ ἡμῖν μόνα
ἅπασιν ἀρχὴ γέγονε τῆς σωτηρίας,
τὸ προσφιλοτεχνεῖν, διά τε τῶν ἡδυσμάτων
ἐπὶ πλεῖον αὔξειν τὴν μαγειρικὴν τέχνην. […]
Αὑτοῖς ἅπαντες ἠξίουν συζῆν, ὄχλος
ἠθροίζετ’, ἐγένονθ’ αἱ πόλεις οἰκούμεναι
διὰ τὴν τέχνην, ὅπερ εἶπα, τὴν μαγειρικήν.
Β. Ἄνθρωπε χαῖρε, περὶ πόδ’ εἶ τῷ δεσπότῃ.
Α. Καταρχόμεθ’ ἡμεῖς οἱ μάγειροι, θύομεν,
σπονδὰς ποιοῦμεν, τῷ μάλιστα τοὺς θεοὺς
ἡμῖν ὑπακούειν διὰ τὸ ταῦθ’ εὑρηκέναι
τὰ μάλιστα συντείνοντα πρὸς τὸ ζῆν καλῶς.
Β. Ὑπὲρ εὐσεϐείας οὖν ἀφεὶς παῦσαι λέγων.

*

COMPOSITION FRANÇAISE

Depuis la session ordinaire de 2014, les sujets sont communs aux Lettres modernes et aux Lettres classiques, réunis dans un même CAPES de Lettres à options de 2014 à 2018, puis présentés en deux sections distinctes depuis 2019.

À partir de la session 2022, les sujets ne sont plus des sujets de littérature générale mais portent sur une œuvre au programme.

Session 2021

S’interrogeant sur ce qui fait l’essence de la comédie, Jean-Claude Ranger en propose une définition :

« C’est avant tout, je crois, la claire conscience que rien d’essentiel n’est en jeu, ou, pour citer Aristote, que, quoi qu’en puissent penser à tel ou tel moment les personnages, “ni douleur ni destruction” ne sauraient résulter de la comédie – et c’est de cette certitude que naît le détachement du spectateur à l’égard des péripéties de l’action. »

Jean-Claude Ranger, « La comédie, ou l’esthétique de la rupture », dans Littératures classiques, n° 27, printemps 1996, p. 274-275. Vous discuterez cette proposition en vous appuyant sur des exemples d’œuvres théâtrales précis et variés.

Session 2020

« Je laisse en moi continuer ce qui s’est toujours passé en littérature, et comment pourrait-il en être autrement ? La table rase est une bêtise, nous avons lu, nous sommes quand même informés, nous écrivons sur et avec la littérature universelle, nous ne passons pas par-dessus. Nous imitons, oui, comme on l’a fait depuis le début, nous imitons passionnément et en même temps passionnément nous n’imitons pas : chaque livre, à chaque fois, est un salut aux pères et une insulte aux pères, une reconnaissance et un déni. »

Pierre Michon, Le roi vient quand il veut, Propos sur la littérature, Paris, Albin Michel, 2007, p. 110-111.

En vous appuyant sur des exemples précis et variés, vous commenterez et discuterez ces propos.

Rapport du jury 2020

Session 2019

« La poésie, comme l’art, est inséparable de la merveille. Elle est domiciliée dans l’espace émotif et ne saurait vivre ailleurs. »

André Pieyre de Mandiargues, préface de L’Âge de craie (1961), Gallimard, collection « Poésie », 1967, p. 8.

Vous commenterez ce propos d’André Pieyre de Mandiargues en vous appuyant sur des exemples précis.

Rapport du jury 2019

Session 2018

« L’œuvre d’art, et singulièrement l’œuvre littéraire, ne s’impose pas seulement comme un objet de jouissance ou de connaissance ; elle s’offre à l’esprit comme objet d’interrogation, d’enquête, de perplexité. »

Gaëtan Picon, L’Écrivain et son ombre, Gallimard, 1953.

Quelles réflexions vous inspirent ces propos de Gaëtan Picon ?

Rapport du jury 2018

Session 2017

« Jamais, moi vivant, on ne m’illustrera, parce que : la plus belle description littéraire est dévorée par le plus piètre dessin. Du moment qu’un type est fixé par le crayon, il perd ce caractère de généralité, cette concordance avec mille objets connus qui font dire au lecteur : « J’ai vu cela » ou « Cela doit être ». Une femme dessinée ressemble à une femme, voilà tout. L’idée est dès lors fermée, complète, et toutes les phrases sont inutiles, tandis qu’une femme écrite fait rêver à mille femmes. Donc, ceci étant une question d’esthétique, je refuse formellement toute espèce d’illustration. »

Gustave Flaubert, Lettre à Ernest Duplan, 12 juin 1862, in Extraits de la correspondance ou Préface à la vie d’écrivain, présentation et choix de Geneviève Bollème, Paris, Seuil, 1963, p. 223-224.

Vous commenterez ce propos de Gustave Flaubert en vous appuyant sur des exemples empruntés aux différents genres littéraires, ainsi qu’aux arts plastiques et au cinéma.

Rapport du jury 2017

Session 2016

« Suspendre le jugement moral ce n’est pas l’immoralité du roman, c’est sa morale. La morale qui s’oppose à l’indéracinable pratique humaine de juger tout de suite, sans cesse, et tout le monde, de juger avant et sans comprendre. Cette fervente disponibilité à juger est, du point de vue de la sagesse du roman, la plus détestable bêtise, le plus pernicieux mal. Non que le romancier conteste, dans l’absolu, la légitimité du jugement moral, mais il le renvoie au-delà du roman. Là, si cela vous chante, accusez Panurge pour sa lâcheté, accusez Emma Bovary, accusez Rastignac, c’est votre affaire ; le romancier n’y peut rien. »

Milan Kundera, Les Testaments trahis, Gallimard, 1993.

Vous analyserez et discuterez ces propos en vous appuyant sur des exemples variés et précis.

Rapport du jury 2016

Session 2015

« Un théâtre sans convention n’a pas d’espoir. La convention c’est cette pure entrée dans l’imaginaire, sans les antichambres de l’intelligence, les salons mondains de l’élégance, etc. Le public populaire se saisit toujours plus vite d’une convention que le public savant (lequel voudrait inlassablement de la vraisemblance, de la logique psychologique, de la profondeur, de la dialectique, du parlé vrai, tout ce qui tente de se soustraire à l’architecture des conventions théâtrales).

Le public enfantin des guignols joue avec les conventions du genre comme peu de critiques savent le faire. Car il s’agit non pas de juger l’œuvre mais de jouer avec, de se jouer, de faire jouer son imaginaire, d’utiliser les conventions théâtrales pour animer son jardin intérieur. »

Olivier Py, Les Mille et une définitions du théâtre, Actes Sud, 2013.

Vous analyserez et discuterez ces propos en vous appuyant sur des exemples précis empruntés à votre culture théâtrale.

Rapport du jury 2015

Session 2014 (session ordinaire)

Évoquant sa propre vie en utilisant une énonciation à la troisième personne, Annie Ernaux écrit :

« Ce que ce monde a imprimé en elle et ses contemporains, elle s’en servira pour reconstituer un temps commun, celui qui a glissé d’il y a si longtemps à aujourd’hui – pour, en retrouvant la mémoire de la mémoire collective dans une mémoire individuelle, rendre la dimension vécue de l’Histoire.

Ce ne sera pas un travail de remémoration, tel qu’on l’entend généralement, visant à la mise en récit d’une vie, à une explication de soi. Elle ne regardera en elle-même que pour y retrouver le monde […]. »

Annie Ernaux, Les Années, Gallimard, 2008, p. 239.

Vous analyserez et discuterez ces propos en vous appuyant sur des exemples précis empruntés à vos lectures.

Rapport du jury 2014 (session ordinaire)

***

CONSEILS DES RAPPORTS DE JURY

Composition française

• Il faut proposer un tout agencé et harmonieux.
• Il ne suffit pas de faire des parties pour donner une organisation au devoir.

Version latine

• Renouveler et approfondir ses connaissances en littérature, en mythologie, en histoire et en civilisation.
• Acquérir et consolider les connaissances en morphologie et en syntaxe.
• Connaître les éléments de base de la métrique (cf. Traité de métrique latine classique de Louis Nougaret).
• Lire et traduire régulièrement des textes latins, afin de s’accoutumer aux structures et au lexique les plus communs.
• Bien gérer son temps.
• L’idéal est de rendre le(s) ton(s) du texte.

• Il ne faut pas lire trop vite et confondre : amens et amans ; ualebat et uolebat ; feritur et fertur ; abire et abiere.
• Il faut faire attention aux déclinaisons grecques.
• L’accusation de relation doit être maîtrisé.
• Les emplois d’ut doivent être parfaitement maîtrisés.

Version grecque

• Revoir « à fond » une grammaire scolaire puis se pénétrer la Syntaxe grecque de Marcel Bizos.
• Lire précisément le texte, avant de se plonger dans le dictionnaire.
• Ne pas reprendre sur son brouillon les notices du Bailly.
• Pourchasser le « français de version ».
• Bien relire sa copie.
• Il ne faut pas éliminer de mots.

• Les formes homonymes sont piégeantes.

***

Les fautes de français récurrentes

• la confusion de construction entre se souvenir et se rappeler
• les verbes en –ure ne se conjuguent pas comme les verbes en -uer (elle inclutil conclut)