Voir le Projet II.
Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues, ne fût-ce que pour un petit sujet !

Les cinq sujets des épreuves écrites de l’Agrégation externe de Lettres classiques sont regroupés sur cette page et ils sont présentés selon l’ordre actuel de déroulement des épreuves. La page est progressivement complétée. Une fois complète, elle réunira environ 360 sujets. Pour l’heure, elle en comprend 29 in extenso.

Les programmes, sujets et rapports des quelques dernières années se trouvent aussi, au format PDF, sur le site du ministère de l’Éducation nationale, de même que le descriptif des épreuves. Le site Arrête ton char propose, au format PDF, de nombreux programmes, sujets et rapports, sur plusieurs décennies. Une partie des programmes des sessions antérieures se trouve sur Wikipédia. On peut aussi en trouver de plus anciens dans les Bulletins officiels de l’Éducation nationale. Voir également cette page pour quelques anciens rapports du jury (2004-2007).

Les sujets de 2008 à 2020 sont regroupés, en format PDF, sur le site du Département des Sciences de l’Antiquité de l’École normale supérieure de Paris, avec les rapports du jury. Les sujets de 1983 à 1999 et ceux de 2000 à 2019 ont fait l’objet d’une publication au format papier qui les regroupe tous.

Quelques copies de concours se trouvent sur cette page (voir le Projet I).

Les synopsis en début de page permettent de se faire une idée des auteur, des textes et des sujets qui tombent.

Lorsque le jury propose un corrigé pour les versions et les thèmes, nous les reproduisons ici. Ces textes appartiennent évidemment à leurs autrices et auteurs et à https://www.devenirenseignant.gouv.fr. Les explications plus détaillées se trouvent dans les rapports de jury.

Cette agrégation est devenue mixte lors de la session 1976.

SYNOPSIS DES SUJETS

Dissertation française

1962 F : ?
1962 H : Du Bellay
1963 F : Flaubert
1963 H : Marivaux
1964 F : ?
1964 H : Molière
1965 F : La Bruyère
1965 H : ?
1966 F : Pascal
1966 H : Valéry
1967 F : Apollinaire
1967 H : Voltaire
1968 F : /
1968 H : /
1969 F : ?
1969 H : Proust
1970 F : ?
1970 H : Hugo
1971 F : Marivaux
1971 H : Marivaux
1972 F : ?
1972 H : Racine
1973 F : Flaubert
1973 H : Flaubert
1974 F : Voltaire
1974 H : Voltaire
1975 F : Corneille
1975 H : Corneille
1976 : Giraudoux
1977 : Montesquieu
1978 : Giono
1979 : Montaigne
1980 : Vigny
1981 : Beaumarchais
1982 : Verlaine
1983 : Sévigné
1984 : Proust
1985 : Molière
1986 : Montaigne
1987 : Zola
1988 : Montesquieu
1989 : Aragon
1990 : Chateaubriand
1991 : Prévost
1992 : La Fontaine
1993 : Valéry
1994 : Balzac
1995 : Voltaire
1996 : Racine
1997 : Stendhal
1998 : Corneille
1999 : Conte du Graal
2000 : Molière
2001 : Proust
2002 : Corneille
2003 : Montaigne
2004 : Rousseau
2005 : Leiris 
2006 : Retz
2007 : Marot
2008 : Verlaine
2009 : Bernanos
2010 : Érec et Énide
2011 : Robbe-Grillet
2012 : La Fontaine
2013 : Rousseau
2014 : Stendhal
2015 : Corneille
2016 : Bonnefoy
2017 : Giono
2018 : Rabelais
2019 : Scarron
2020 : Garnier
2021 : Casanova

Thème latin

POÉSIE : 4/67
PROSE : 63/67

1962 F : ?
1962 H : Saint-Simon (prose)
1963 F : Gide (prose)
1963 H : Diderot (prose)
1964 F : ?
1964 H : Descartes (prose)
1965 F : Lafayette (prose)
1965 H : Saint-Évremond (prose)
1966 F : Vauvenargues (prose)
1966 H : Corneille (poésie)
1967 F : Bossuet (prose)
1967 H : Sentiments de l’Académie française sur le Cid (prose)
1968 F : /
1968 H : /
1969 F : ?
1969 H : Fontenelle (prose)
1970 F : ?
1970 H : Bossuet (prose)
1971 F : Bougainville (prose)
1971 H : Bougainville (prose)
1972 F : ?
1972 H : La Fontaine (prose)
1973 F : Montesquieu (prose)
1973 H : Montesquieu (prose)
1974 F : Diderot (prose)
1974 H : Diderot (prose)
1975 F : Vauvenargues (prose)
1975 H : Vauvenargues (prose)
1976 : Montaigne (prose)
1977 : Alain (prose)
1978 : Valéry (prose)
1979 : Laclos (prose)
1980 : Montherlant (prose)
1981 : Rousseau (prose)
1982 : Tocqueville (prose)
1983 : Retz (prose)
1984 : Diderot (prose)
1985 : La Boétie (prose)
1986 : Descartes (prose)
1987 : Rousseau (prose)
1988 : Boileau (prose)
1989 : Bayle (prose)
1990 : Fontenelle (prose)
1991 : Voltaire (prose)
1992 : Marivaux (prose)
1993 : Mirabeau (prose)
1994 : Montesquieu (prose)
1995 : Diderot (prose)
1996 : Gide (prose)
1997 : Grimal (prose)
1998 : Fromentin (prose)
1999 : Corneille (prose)
2000 : Perrault (prose)
2001 : Yourcenar (prose)
2002 : Lafayette (prose)
2003 : La Fontaine (poésie)
2004 : Bossuet (prose)
2005 : Camus (prose)
2006 : Chateaubriand (prose)
2007 : Fénelon (prose)
2008 : Montesquieu (prose)
2009 : Vigny (prose)
2010 : Renan (prose)
2011 : Proust (prose)
2012 : Fustel (prose)
2013 : Prévost (prose)
2014 : Mérimée (prose)
2015 : Rousseau (prose)
2016 : La Fontaine (poésie)
2017 : Nerval (prose)
2018 : Scudéry (prose)
2019 : Rousseau (prose)
2020 : Jaccottet (prose)
2021 : Corneille (poésie)

Thème grec

POÉSIE : 6/67
PROSE : 61/67

1962 F : ?
1962 H : Gide (prose)
1963 F : Hugo (prose)
1963 H : Montaigne (prose)
1964 F : ?
1964 H : La Fontaine (prose)
1965 F : Alain (prose)
1965 H : Balzac (prose)
1966 F : La Fontaine (poésie)
1966 H : Voltaire (prose)
1967 F : France (prose)
1967 H : Chateaubriand (prose)
1968 F : /
1968 H :  /
1969 F : ?
1969 H : Molière (poésie)
1970 F : ?
1970 H : Boileau (prose)
1971 F : Rousseau (prose)
1971 H : Rousseau (prose)
1972 F : ?
1972 H : Vauvenargues (prose)
1973 F : Molière (prose)
1973 H : Molière (prose)
1974 F : Thibaudet (prose)
1974 H : Thibaudet (prose)
1975 F : Rousseau (prose)
1975 H : Rousseau (prose)
1976 : Las Cases (prose)
1977 : Chateaubriand (prose)
1978 : La Fontaine (poésie)
1979 : Montaigne (prose)
1980 : Bergerac (prose)
1981 : Supervielle (prose)
1982 : Descartes (prose)
1983 : Montesquieu (prose)
1984 : Musset (prose)
1985 : Rousseau (prose)
1986 : Montaigne (prose)
1987 : La Rochefoucauld (prose)
1988 : Bossuet (prose)
1989 : Alain (prose)
1990 : De Gaulle (prose)
1991 : Fénelon (prose)
1992 : Fontenelle (prose)
1993 : Corneille (poésie)
1994 : Montaigne (prose)
1995 : Rousseau (prose)
1996 : Yourcenar (prose)
1997 : Vauvenargues (prose)
1998 : Fénelon (prose)
1999 : Racine (prose)
2000 : Sand (prose)
2001 : Marivaux (prose)
2002 : Corneille (poésie)
2003 : Gide (prose)
2004 : Montesquieu (prose)
2005 : Lafayette (prose)
2006 : Stendhal (prose)
2007 : Rousseau (prose)
2008 : Descartes (prose)
2009 : Condorcet (prose)
2010 : Chateaubriand (prose)
2011 : Ponge (prose)
2012 : Flaubert (prose)
2013 : Céline (prose)
2014 : De Gaulle (prose)
2015 : Bernardin de Saint-Pierre (prose)
2016 : Hugo (poésie)
2017 : Staël (prose)
2018 : Bertière (prose)
2019 : La Bruyère (prose)
2020 : Rousseau (prose)
2021 : Musset (prose)

Version grecque

POÉSIE : 15/67
PROSE : 52/67

1962 F : ?
1962 H : Sophocle (poésie dramatique – tragédie)
1963 F : Lucien (prose philosophique)
1963 H : Platon (prose philosophique)
1964 F : ?
1964 H : Thucydide (prose historique)
1965 F : Aristophane (poésie dramatique – comédie)
1965 H : Isocrate (prose oratoire)
1966 F : Platon (prose philosophique)
1966 H : Euripide (poésie dramatique – tragédie)
1967 F : Eschyle (poésie dramatique – tragédie)
1967 H : Démosthène (prose oratoire)
1968 F : /
1968 H : /
1969 F : ?
1969 H : Platon (prose philosophique) 
1970 F : ?
1970 H : Thucydide (prose historique)
1971 F : Platon (prose philosophique)
1971 H : Platon (prose philosophique)
1972 F : ?
1972 H : Plutarque (prose philosophique)
1973 F : Isocrate (prose oratoire)
1973 H : Isocrate (prose oratoire)
1974 F : Eschine (prose oratoire)
1974 H : Eschine (prose oratoire)
1975 F : Hippocrate (prose didactique)
1975 H : Hippocrate (prose didactique)
1976 : Démosthène (prose oratoire)
1977 : Platon (prose philosophique)
1978 : Thucydide (prose historique)
1979 : Platon (prose philosophique)
1980 : Plutarque (prose philosophique)
1981 : Thucydide (prose historique)
1982 : Eschyle (poésie dramatique – tragédie)
1983 : Démosthène (prose oratoire)
1984 : Xénophon (prose historique)
1985 : Grégoire de Naziance (prose épistolaire)
1986 : Euripide (poésie dramatique – tragédie)
1987 : Démosthène (prose oratoire)
1988 : Thucydide (prose historique)
1989 : Platon (prose philosophique)
1990 : Isocrate (prose épistolaire)
1991 : Antiphon (prose oratoire)
1992 : Sophocle (poésie dramatique – tragédie)
1993 : Platon (prose philosophique)
1994 : Plutarque (prose philosophique)
1995 : Lysias (prose oratoire) 
1996 : Sophocle (poésie dramatique – tragédie)
1997 : Démosthène (prose oratoire)
1998 : Eschyle (poésie dramatique – tragédie)
1999 : Démosthène (prose oratoire)
2000 : Hérodote (prose historique)
2001 : Platon (prose philosophique)
2002 : Thucydide (prose historique)
2003 : Eschyle (poésie dramatique – tragédie)
2004 : Plutarque (prose philosophique)
2005 : Platon (prose philosophique)
2006 : Démosthène (prose oratoire)
2007 : Pseudo-Longin (prose didactique)
2008 : Apollonios de Rhodes (poésie épique)
2009 : Eschine (prose oratoire)
2010 : Lycurgue (prose oratoire)
2011 : Euripide (poésie dramatique – tragédie)
2012 : Thucydide (prose historique)
2013 : Aristote (prose philosophique)
2014 : Théocrite (poésie)
2015 : Démosthène (prose oratoire)
2016 : Julien (prose épistolaire)
2017 : Aristophane (poésie dramatique – poésie)
2018 : Andocide (prose oratoire)
2019 : Plutarque (prose philosophique)
2020 : Euripide (poésie dramatique – tragédie)
2021 : Antiphon (prose oratoire)

Version latine

PROSE : 42/67
POÉSIE : 25/67

1962 F : ?
1962 H : Brutus (prose épistolaire) 
1963 F : Tacite (prose historique)
1963 H : Stace (poésie funèbre) 
1964 F : ?
1964 H : Sénèque l’Ancien (prose philosophique)
1965 F : Cicéron (prose oratoire)
1965 H : Velléius Paterculus (prose historique)
1966 F : Tibulle (poésie élégiaque)
1966 H : Cicéron (poésie !)
1967 F : Tacite (prose historique)
1967 H : Sénèque l’Ancien (prose philosophique)
1968 F : /
1968 H : /
1969 F : ?
1969 H : Cicéron (prose oratoire)
1970 F : ?
1970 H : Tite Live (prose historique)
1971 F : Sénèque le Jeune (prose philosophique)
1971 H : Sénèque le Jeune (prose philosophique)
1972 F : ?
1972 H : Tacite (prose historique)
1973 F : Ovide (poésie élégiaque)
1973 H : Ovide (poésie élégiaque)
1974 F : Tite Live (prose historique)
1974 H : Tite Live (prose historique)
1975 F : Martial (poésie satirique)
1975 H : Martial (poésie satirique)
1976 : Tite Live (prose historique)
1977 : Lucain (poésie épique)
1978 : Tacite (prose historique)
1979 : Salluste (prose historique)
1980 : Quintilien (prose didactique)
1981 : Juvénal (poésie satirique)
1982 : Tite Live (prose historique)
1983 : Cicéron (prose philosophique)
1984 : Stace (poésie épique)
1985 : Quinte Curce (prose historique)
1986 : Quintilien (prose didactique)
1987 : Cicéron (prose philosophique)
1988 : Ovide (poésie élégiaque)
1989 : Jérôme (prose philosophique)
1990 : Tite Live (prose historique)
1991 : Silius Italicus (poésie épique)
1992 : Brutus (prose épistolaire)
1993 : Properce (poésie élégiaque)
1994 : Tacite (prose historique)
1995 : Tite Live (prose historique)
1996 : Tacite (prose historique)
1997 : Rhétorique à Hérennius (prose rhétorique)
1998 : Cicéron (prose épistolaire)
1999 : Virgile (poésie épique)
2000 : Silius Italicus (poésie épique)
2001 : Tacite (prose historique)
2002 : Ovide (poésie élégiaque)
2003 : Tite Live (prose historique)
2004 : Properce (poésie élégiaque)
2005 : Cicéron (prose philosophique)
2006 : Cicéron (poésie !)
2007 : Tacite (prose historique)
2008 : Juvénal (poésie satirique)
2009 : Tite Live (prose historique)
2010 : Virgile (poésie épique)
2011 : Sénèque le Jeune (prose philosophique)
2012 : Lucain (poésie épique)
2013 : Cicéron (prose philosophique)
2014 : Lucrèce (poésie didactique)
2015 : Properce (poésie élégiaque)
2016 : Juvénal (poésie satirique)
2017 : Ammien Marcellin (prose historique)
2018 : Cicéron (prose philosophique)
2019 : Claudien (poésie épique)
2020 : Tacite (prose historique)
2021 : Quintilien (prose didactique)
1962 H : Brutus (prose épistolaire) 
1963 F : Tacite (prose historique)
1963 H : Stace (poésie funèbre) 
1964 F : ?
1964 H : Sénèque l’Ancien (prose philosophique)
1965 F : Cicéron (prose oratoire)
1965 H : Velléius Paterculus (prose historique)
1966 F : Tibulle (poésie élégiaque)
1966 H : Cicéron (poésie !)
1967 F : Tacite (prose historique)
1967 H : Sénèque l’Ancien (prose philosophique)
1968 F : /
1968 H : /
1969 F : ?
1969 H : Cicéron (prose oratoire)
1970 F : ?
1970 H : Tite Live (prose historique)
1971 F : Sénèque le Jeune (prose philosophique)
1971 H : Sénèque le Jeune (prose philosophique)
1972 F : ?
1972 H : Tacite (prose historique)
1973 F : Ovide (poésie élégiaque)
1973 H : Ovide (poésie élégiaque)
1974 F : Tite Live (prose historique)
1974 H : Tite Live (prose historique)
1975 F : Martial (poésie satirique)
1975 H : Martial (poésie satirique)
1976 : Tite Live (prose historique)
1977 : Lucain (poésie épique)
1978 : Tacite (prose historique)
1979 : Salluste (prose historique)
1980 : Quintilien (prose didactique)
1981 : Juvénal (poésie satirique)
1982 : Tite Live (prose historique)
1983 : Cicéron (prose philosophique)
1984 : Stace (poésie épique)
1985 : Quinte Curce (prose historique)
1986 : Quintilien (prose didactique)
1987 : Cicéron (prose philosophique)
1988 : Ovide (poésie élégiaque)
1989 : Jérôme (prose philosophique)
1990 : Tite Live (prose historique)
1991 : Silius Italicus (poésie épique)
1992 : Brutus (prose épistolaire)
1993 : Properce (poésie élégiaque)
1994 : Tacite (prose historique)
1995 : Tite Live (prose historique)
1996 : Tacite (prose historique)
1997 : Rhétorique à Hérennius (prose rhétorique)
1998 : Cicéron (prose épistolaire)
1999 : Virgile (poésie épique)
2000 : Silius Italicus (poésie épique)
2001 : Tacite (prose historique)
2002 : Ovide (poésie élégiaque)
2003 : Tite Live (prose historique)
2004 : Properce (poésie élégiaque)
2005 : Cicéron (prose philosophique)
2006 : Cicéron (poésie !)
2007 : Tacite (prose historique)
2008 : Juvénal (poésie satirique)
2009 : Tite Live (prose historique)
2010 : Virgile (poésie épique)
2011 : Sénèque le Jeune (prose philosophique)
2012 : Lucain (poésie épique)
2013 : Cicéron (prose philosophique)
2014 : Lucrèce (poésie didactique)
2015 : Properce (poésie élégiaque)
2016 : Juvénal (poésie satirique)
2017 : Ammien Marcellin (prose historique)
2018 : Cicéron (prose philosophique)
2019 : Claudien (poésie épique)
2020 : Tacite (prose historique)
2021 : Quintilien (prose didactique)

A. FEMMES

Session 1962

Thème latin

CICÉRON APOLOGISTE DE LA VERSATILITÉ POLITIQUE

Cicéron comprenait bien que tant de complaisance et de soumission, et tous ces démentis éclatants qu’il était forcé de se donner à lui-même, finiraient par soulever contre lui l’opinion publique. Aussi s’avisa-t-il d’écrire à son ami Lentulus, l’un des chefs de l’aristocratie, une lettre importante, qu’il destinait probablement à être répandue, et où il expliquait sa conduite. Dans cette lettre, après avoir raconté les faits à sa façon et assez maltraité ceux dont il abandonnait le parti, ce qui est un moyen commode et généralement employé pour prévenir leurs plaintes et les rendre responsables du mal qu’on va leur faire, il se hasarde à présenter, avec une étrange franchise, une sorte d’apologie de la versatilité politique. Sous prétexte que Platon a dit quelque part « qu’il ne faut pas faire plus violence à sa patrie qu’à son père », Cicéron pose en principe qu’un homme politique ne doit pas s’obstiner à vouloir ce que ses concitoyens ne veulent plus, ni perdre sa peine à tenter des oppositions inutiles. Les circonstances changent, il faut changer avec elles, et s’accommoder au vent qui souffle pour ne pas se briser sur l’écueil. Est-ce là, d’ailleurs, véritablement changer ? Ne peut-on pas vouloir au fond la même chose et servir son pays sous des drapeaux différents ? On n’est pas inconstant pour défendre, selon les circonstances, des opinions qui semblent contradictoires, si par des routes opposées on marche au même but, et ne sait-on pas « qu’il faut souvent changer la direction des voiles, quand on veut arriver au port » ?

Gaston Boissier (1823-1908),
Cicéron et ses amis (1865)
(281 mots)

Session 1963

Thème latin

DÉDALE EXPLIQUE À THÉSÉE COMMENT IL A CONÇU LE LABYRINTHE

Estimant qu’il n’est pas de geôle qui vaille devant un propos de fuite obstiné, pas de barrière ou de fossé que hardiesse et résolution ne franchissent, je pensai que, pour retenir dans le labyrinthe, le mieux était de faire en sorte, non point tant qu’on ne pût (tâche de me bien comprendre), mais qu’on n’en voulût pas sortir. Je réunis donc dans ce lieu de quoi répondre aux appétits de toutes sortes. Ceux du Minotaure ne sont ni nombreux ni divers ; mais il s’agissait aussi bien de tous et de quiconque entrerait dans le labyrinthe. Il importait encore et surtout de diminuer jusqu’à l’annihilation leur vouloir. Pour y pourvoir je composai des électuaires que l’on mêlait aux vins qu’on leur servait. Mais cela ne suffisait pas ; je trouvai mieux J’avais remarqué que certaines plantes, lorsqu’on les jette au feu, dégagent en se consumant des fumées semi-narcotiques, qui me parurent ici d’excellent emploi. Elles répondirent exactement à ce que j’attendais d’elles. J’en fis donc alimenter des réchauds, qu’on maintient allumés jour et nuit. Les lourdes vapeurs qui s’en dégagent n’agissent pas seulement sur la volonté, qu’elles endorment ; elles procurent une ivresse pleine de charme et prodigue de flatteuses erreurs, invitent à certaine activité vaine le cerveau qui se laisse voluptueusement emplir de mirages ; activité que je dis vaine, parce qu’elle n’aboutit à rien que d’imaginaire, à des visions ou des spéculations sans consistance, sans logique et sans fermeté. L’opération de ces vapeurs n’est pas la même pour chacun de ceux qui les respirent, et chacun, d’après l’imbroglio que prépare alors sa cervelle, se perd, si je puis dire, dans son labyrinthe particulier.

André Gide (1869-1851),
Thésée (1946)
(309 mots)

Session 1965

Dissertation française

Stendhal (1783-1842) écrit dans son traité Du style : « Il y a peu de comique dans La Bruyère, la sécheresse le chasse. » Est-ce aussi votre avis ?

Thème latin

« Je veux vous parler encore avec la même sincérité que j’ai déjà commencé, reprit-elle, et je vais passer par-dessus toute la retenue et toutes les délicatesses que je devrais avoir dans une première conversation ; mais je vous conjure de m’écouter sans m’interrompre. 

Je crois devoir à votre attachement la faible récompense de ne vous cacher aucun de mes sentiments, et de vous les laisser voir tels qu’ils sont. Ce sera apparemment la seule fois de ma vie que je me donnerai la liberté de vous les faire paraître ; néanmoins je ne saurais vous avouer, sans honte, que la certitude de n’être plus aimée de vous, comme je le suis, me paraît un si horrible malheur, que, quand je n’aurais point des raisons de devoir insurmontables, je doute si je pourrais me résoudre à m’exposer à ce malheur. Je sais que vous êtes libre, que je le suis, et que les choses sont d’une sorte que le public n’aurait peut-être pas sujet de vous blâmer, ni moi non plus, quand nous nous engagerions ensemble pour jamais ; mais les hommes conservent-ils de la passion dans ces engagements éternels ? Dois-je espérer un miracle en ma faveur et puis-je me mettre en état de voir certainement finir cette passion dont je ferais toute ma félicité ? M. de Clèves (1) était peut-être l’unique homme du monde capable de conserver de l’amour dans le mariage. Ma destinée n’a pas voulu que j’aie pu profiter de ce bonheur ; peut-être aussi que sa passion n’avait subsisté que parce qu’il n’en avait pas trouvé en moi. Mais je n’aurais pas le même moyen de conserver la vôtre : je crois même que les obstacles ont fait votre constance ; vous en avez assez trouvé pour vous animer à vaincre, et mes actions involontaires ou les choses que le hasard vous a apprises, vous ont donné assez d’espérance pour ne vous pas rebuter. »

Madame de Lafayette (1634-1693), 
La Princesse de Clèves (1678)
(336 mots)

(1) Traduire par « Mon époux ».

Thème grec

LES NOURRICES

On se fait une idée maintenant de ce que c’est que l’enseignement des nourrices, et l’on comprend que, par respecter l’usage, il va bien plus loin qu’on ne croit. Mais il est à propos de dire comment les choses se passent ; car tous le voient, et peu le savent. Que l’enfant parle d’abord selon la structure de son corps, cela ne peut étonner personne. Qu’il parle ainsi son propre langage, par mouvement, cris variés ou gazouillements, sans savoir le moins du monde ce qu’il dit, cela n’est pas moins évident. Comment le saurait-il, tant qu’il n’est pas compris ? Comment comprendrait-il son propre langage tant que personne ne le lui parle ? C’est pourquoi les très prudentes nourrices essaient d’abord d’apprendre ce langage, afin de l’apprendre aux nourrissons. Quand on remarque que l’enfant applique d’abord aux objets familiers certains mots qu’il invente, on oublie que la nourrice ne cesse pas de chercher un sens à ces mots d’une langue inconnue, et qu’elle en trouve un. Ainsi l’enfant apprend sa propre langue ; il apprend ce qu’il demande d’après la chose qui lui est donnée. On devine que par cet échange continuel, les mots du langage enfantin sont inclinés vers les mots véritables et y ressemblent de plus en plus, par une lente transformation.

Alain (1868-1951),
Les idées et les âges (1927)
(236 mots)

Version grecque

Une femme déguisée en homme propose à l’assemblée athénienne de confier aux femmes le gouvernement de la cité.

                   Τοῖς θεοῖς μὲν εὔχομαι 
τυχεῖν κατορθώσασα τὰ βεβουλευμένα. 
Ἐμοὶ δ’ ἴσον μὲν τῆσδε τῆς χώρας μέτα 
ὅσονπερ ὑμῖν· ἄχθομαι δὲ καὶ φέρω 
τὰ τῆς πόλεως σαπέντα βαρέως πράγματα. 
Ὁρῶ γὰρ αὐτὴν προστάταισι χρωμένην 
ἀεὶ πονηροῖς· κἄν τις ἡμέραν μίαν 
χρηστὸς γένηται, δέκα πονηρὸς γίγνεται. 
Ἐπέτρεψας ἑτέρῳ, πλείον’ ἔτι δράσει κακά. 
Χαλεπὸν μὲν οὖν ἄνδρας δυσαρέστους νουθετεῖν, 
οἳ τοὺς φιλεῖν μὲν βουλομένους δεδοίκατε, 
τοὺς δ’ οὐκ ἐθέλοντας ἀντιβολεῖθ’ ἑκάστοτε. 
Ἐκκλησίαισιν ἦν ὅτ’ οὐκ ἐχρώμεθα 
οὐδὲν τὸ παράπαν, ἀλλὰ τόν γ’ Ἀγύρριον (1)
πονηρὸν ἡγούμεσθα· νῦν δὲ χρωμένων 
ὁ μὲν λαβὼν ἀργύριον ὑπερεπῄνεσεν, 
ὁ δ’ οὐ λαβὼν εἶναι θανάτου φήσ’ ἀξίους 
τοὺς μισθοφορεῖν ζητοῦντας ἐν τἠκκλησίᾳ. […]
Tὸ συμμαχικὸν αὖ τοῦθ’, ὅτ’ ἐσκοπούμεθα, 
εἰ μὴ γένοιτ’, ἀπολεῖν ἔφασκον τὴν πόλιν 
ὅτε δὴ δ’ ἐγένετ’, ἤχθοντο, τῶν δὲ ῥητόρων 
ὁ τοῦτ’ ἀναπείσας εὐθὺς ἀποδρὰς ᾤχετο. 
Nαῦς δεῖ καθέλκειν, τῷ πένητι μὲν δοκεῖ, 
τοῖς πλουσίοις δὲ καὶ γεωργοῖς οὐ δοκεῖ. 
Κορινθίοις ἄχθεσθε, κἀκεῖνοί γέ σοι· 
νῦν εἰσὶ χρηστοί, καὶ σύ νυν χρηστὸς γενοῦ. […]
ὑμεῖς γάρ ἐστ’ ὦ δῆμε, τούτων αἴτιοι. 
τὰ δημόσια γὰρ μισθοφοροῦντες χρήματα 
ἰδίᾳ σκοπεῖσθ’ ἕκαστος ὅ τι τις κερδανεῖ·  
τὸ δὲ κοινὸν ὥσπερ Αἴσιμος (2) κυλίνδεται. 
 Ἤν οὖν ἐμοὶ πείθησθε, σωθήσεσθ’ ἔτι. 
Ταῖς γὰρ γυναιξὶ φημὶ χρῆναι τὴν πόλιν 
ἡμᾶς παραδοῦναι. Καὶ γὰρ ἐν ταῖς οἰκίαις 
ταύταις ἐπιτρόποις καὶ ταμίαισι χρώμεθα. […]
Ὡς δ’ εἰσὶν ἡμῶν τοὺς τρόπους βελτίονες 
ἐγὼ διδάξω…

Aristophane, L’Assemblée des femmes
v. 171-215 (sans les vers 189-192, 201-204 et 213)
(36 vers – 221 mots)

(1) Débauché et démagogue.
(2) Boiteux.

Version latine

UN FAUX EN ÉCRITURES DÉMASQUÉ

Au cours de l’enquête qu’il mène contre Verrès, Cicéron a eu l’occasion d’examiner certains registres d’une société de publicains, fermière des douanes de Syracuse, dirigée par Carpinatius. Malgré sa bienveillance pour Verrès, le nouveau propréteur de Sicile Métellus est bien obligé d’en laisser prendre une copie officielle.

Cum haec maxime cognosceremus et in manibus tabulas haberemus, repente adspicimus lituras eius modi quasi quaedam uulnera tabularum recentia. Statim suspicione offensi ad ea ipsa nomina oculos animumque transtulimus. Erant acceptae pecuniae C. Verrucio C. F, sic tamen ut usque ad alterum R litterae constarent integrae, reliquae omnes essent in litura ; alterum, tertium, quartum, permulta erant eiusdem modi nomina. Cum manifesta res flagitiosa litura tabularum atque insignis turpitudo teneretur, quaerere incipimus de Carpinatio quisnam is esset Verrucius quicum tantae pecuniae rationem haberet. Haerere homo, uersari, rubere. Quod lege excipiuntur tabulae publicanorum quo minus Romam deportentur, ut res quam maxime clara et testata esse posset, in ius ad Metellum Carpinatium uoco tabulasque societatis in forum defero. Fit maximus concursus hominum ; et quod erat Carpinati nota cum isto praetore societas ac faeneratio, summe exspectabant omnes quidnam in tabulis teneretur. Rem ad Metellum defero me tabulas perspexisse sociorum ; in his tabulis magnam rationem C. Verruci permultis nominibus esse, meque hoc perspicere ex consulum mensiumque ratione hunc Verrucium neque ante aduentum C. Verris neque post decessionem quicquam cum Carpinatio rationis habuisse ; postulo ut mihi respondeat qui sit is Verrucius, mercator an negotiator an arator an pecuarius, in Sicilia sit an iam decesserit. Clamare omnes ex conuentu neminem umquam in Sicilia fuisse Verrucium. Ego instare ut mihi responderet quis esset, ubi esset, unde esset; cur seruus societatis qui tabulas conficeret semper in Verruci nomine certo ex loco mendosus esset. Atque haec postulabam non quo illum cogi putarem oportere ut ad ea mihi responderet invitus, sed ut omnibus istius furta, illius flagitium, utriusque audacia perspicua esse posset. Itaque illum in iure metu conscientiaque peccati mutum atque exanimatum ac uix uiuum relinquo, tabulas in foro summa hominum frequentia exscribo ; adhibentur in scribendo ex conventu uiri primarii, litterae lituraeque omnes adsimulatae et expressae de tabulis in libros transferuntur. Haec omnia summa cura et diligentia recognita et collata et ab hominibus honestissimis obsignata sunt.

Cicéron, 
Contre Verrès, II, 2, 187-190
(315 mots)

Session 1966

Dissertation française

Alain dit de Pascal : « Dans les Provinciales, je ne trouve pas qu’il aille au fond. Il est faible de n’avoir que de l’esprit. » 
Qu’en pensez-vous ?

[Le sujet est tiré des Propos de littérature (1934) d’Alain (1868-1951).]

Thème latin

DE LA GRANDEUR D’ÂME

La grandeur d’âme est un instinct élevé qui porte les hommes au grand, de quelque nature qu’il soit ; mais qui les tourne au bien ou au mal, selon leurs passions, leurs lumières, leur éducation, leur fortune, etc. Égale à tout ce qu’il y a sur la terre de plus élevé, tantôt elle cherche à soumettre par toutes sortes d’efforts ou d’artifices les choses humaines à elle, et tantôt, dédaignant ces choses, elle s’y soumet elle-même, sans que sa soumission l’abaisse : pleine de sa propre grandeur, elle s’y repose en secret, contente de se posséder. Qu’elle est belle, quand la vertu dirige tous ses mouvements ! mais qu’elle est dangereuse alors qu’elle se soustrait à la règle ! Représentez-vous Catilina au-dessus de tous les préjugés de sa naissance, méditant de changer la face de la terre et d’anéantir le nom romain : concevez ce génie audacieux, menaçant le monde du sein des plaisirs, et formant, d’une troupe de voluptueux et de voleurs, un corps redoutable aux armées et à la sagesse de Rome. Qu’un homme de ce caractère aurait porté loin la vertu, s’il eût tourné au bien ! mais des circonstances malheureuses le poussent au crime. Catilina était né avec un amour ardent pour les plaisirs, que la sévérité des lois aigrissait & contraignait ; sa dissipation et ses débauches l’engagèrent peu à peu à des projets criminels : ruiné, décrié, traversé, il se trouva dans un état où il lui était moins facile de gouverner la république que de la détruire. […] Ainsi les hommes sont souvent portés au crime par de fatales rencontres ou par leur situation : ainsi leur vertu dépend de leur fortune.

Vauvenargues (1715-1747), 
Introduction à la connaissance de l’esprit humain (1746),
« De la grandeur d’âme » 
(287 mots)

Thème grec

LE POUVOIR DES FABLES

Dans Athène autrefois peuple vain et léger, 
Un orateur, voyant sa patrie en danger, 
Courut à la tribune ; et, d’un art tyrannique, 
Voulant forcer les cœurs dans une république, 
Il parla fortement sur le commun salut. 
On ne l’écoutait pas ; l’orateur recourut 
               À ces figures violentes 
Qui savent exciter les âmes les plus lentes ;
Il fit parler les morts, tonna, dit ce qu’il put. 
Le vent emporta tout, personne ne s’émut ;
               L’animal aux têtes frivoles,
Etant fait à ces traits, ne daignait l’écouter ; 
Tous regardaient ailleurs ; il en vit s’arrêter 
A des combats d’enfants, et point à ses paroles. 
Que fit le harangueur ? Il prit un autre tour. 
« Cérès, commença-t-il, faisait voyage un jour 
               Avec l’anguille et l’hirondelle ;
Un fleuve les arrête ; et l’anguille en nageant, 
               Comme l’hirondelle en volant, 
Le traversa bientôt. » L’assemblée, à l’instant, 
Cria tout d’une voix : « Et Cérès, que fit-elle ? 
               — « Ce qu’elle fit ? Un prompt courroux 
               L’anima d’abord contre vous. 
Quoi ? De contes d’enfants son peuple s’embarrasse ! 
               Et du péril qui le menace 
Lui seul, entre les Grecs, il néglige l’effet ! 
Que ne demandez-vous ce que Philippe fait ? » 
               À ce reproche, l’assemblée, 
               Par l’apologue réveillée, 
               Se donne entière à l’orateur : 
               Un trait de fable en eut l’honneur. 

La Fontaine (1621-1695), 
Fables (1678), VIII, 4, v. 34-64 
(30 vers – 231 mots)

Version grecque

Pour remercier Socrate d’avoir décrit la cité idéale, Critias va raconter, d’après une tradition égyptienne conservée dans sa famille, un exploit dont, en des temps très anciens, Athènes se montra capable.

ΚΡΙΤΙΑΣ. — Ἄκουε δή ὦ Σώκρατες λόγου μάλα μὲν ἀτόπου παντάπασί γε μὴν ἀληθοῦς ὡς ὁ τῶν ἑπτὰ σοφώτατος Σόλων ποτ’ ἔφη. Ἦν μὲν οὖν οἰκεῖος καὶ σφόδρα φίλος ἡμῖν Δρωπίδου τοῦ προπάππου καθάπερ λέγει πολλαχοῦ καὶ αὐτὸς ἐν τῇ ποιήσει· πρὸς δὲ Κριτίαν τὸν ἡμέτερον πάππον εἶπεν, ὡς ἀπεμνημόνευεν αὖ πρὸς ἡμᾶς ὁ γέρων, ὅτι μεγάλα καὶ θαυμαστὰ τῆσδ’ εἴη παλαιὰ ἔργα τῆς πόλεως ὑπὸ χρόνου καὶ φθορᾶς ἀνθρώπων ἠφανισμένα, πάντων δὲ ἓν μέγιστον, οὗ νῦν ἐπιμνησθεῖσιν πρέπον ἂν ἡμῖν εἴη σοί τε ἀποδοῦναι χάριν καὶ τὴν θεὸν ἅμα ἐν τῇ πανηγύρει δικαίως τε καὶ ἀληθῶς οἷόνπερ ὑμνοῦντας ἐγκωμιάζειν.

ΣΩΚΡΑΤΗΣ. — Εὖ λέγεις. Ἀλλὰ δὴ ποῖον ἔργον τοῦτο Κριτίας οὐ λεγόμενον μέν, ὡς δὲ πραχθὲν ὄντως ὑπὸ τῆσδε τῆς πόλεως ἀρχαῖον διηγεῖτο κατὰ τὴν Σόλωνος ἀκοήν;

ΚΡΙΤΙΑΣ. — Ἐγὼ φράσω, παλαιὸν ἀκηκοὼς λόγον οὐ νέου ἀνδρός. Ἦν μὲν γὰρ δὴ τότε Κριτίας, ὡς ἔφη, σχεδὸν ἐγγὺς ἤδη τῶν ἐνενήκοντα ἐτῶν, ἐγὼ δέ πῃ μάλιστα δεκέτης· ἡ δὲ Κουρεῶτις ἡμῖν οὖσα ἐτύγχανεν Ἀπατουρίων. Τὸ δὴ τῆς ἑορτῆς σύνηθες ἑκάστοτε καὶ τότε συνέβη τοῖς παισίν· ἆθλα γὰρ ἡμῖν οἱ πατέρες ἔθεσαν ῥαψῳδίας. Πολλῶν μὲν οὖν δὴ καὶ πολλὰ ἐλέχθη ποιητῶν ποιήματα, ἅτε δὲ νέα κατ’ ἐκεῖνον τὸν χρόνον ὄντα τὰ Σόλωνος πολλοὶ τῶν παίδων ᾔσαμεν. Εἶπεν οὖν τις τῶν φρατέρων, εἴτε δὴ δοκοῦν αὐτῷ τότε εἴτε καὶ χάριν τινὰ τῷ Κριτίᾳ φέρων, δοκεῖν οἱ τά τε ἄλλα σοφώτατον γεγονέναι Σόλωνα καὶ κατὰ τὴν ποίησιν αὖ τῶν ποιητῶν πάντων ἐλευθεριώτατον. Ὁ δὴ γέρων – σφόδρα γὰρ οὖν μέμνημαι – μάλα τε ἥσθη καὶ διαμειδιάσας εἶπεν· « Εἴ γε ὦ Ἀμύνανδρε μὴ παρέργῳ τῇ ποιήσει κατεχρήσατομ ἀλλ’ ἐσπουδάκει καθάπερ ἄλλοι τόν τε λόγον ὃν ἀπ’ Αἰγύπτου δεῦρο ἠνέγκατο ἀπετέλεσεν, καὶ εἰ μὴ διὰ τὰς στάσεις ὑπὸ κακῶν τε ἄλλων ὅσα ηὗρεν ἐνθάδε ἥκων ἠναγκάσθη καταμελῆσαι κατά γε ἐμὴν δόξαν οὔτε Ἡσίοδος οὔτε Ὅμηρος οὔτε ἄλλος οὐδεὶς ποιητὴς εὐδοκιμώτερος ἐγένετο ἄν ποτε αὐτοῦ. » « Τίς δ’ ἦν ὁ λόγος », ἦ δ’ ὅς, « ὦ Κριτία » ; « Ἦ περὶ μεγίστης », ἔφη, « καὶ ὀνομαστοτάτης πασῶν δικαιότατ’ ἂν πράξεως οὔσης, ἣν ἥδε ἡ πόλις ἔπραξε. »

Platon, 
Timée, 20d-21d
(336 mots)

Version latine

TOUTE SORTE DE BIENS COMBLERA NOS FAMILLES

Les sinistres présages relatifs à l’assassinat de César ayant achevé d’exercer leur maléfice, la paix et la fécondité reviendront dans un monde qui ne connaîtra plus d’autre trouble que les querelles d’amoureux.

Quicquid Amalthea, quicquid Marpesia dixit
    Herophile, Phyto (1) Graia quod admonuit,
quod, quae Aniena sacras Tiburs per flumina sortes
    portarit sicco pertuleritque sinu
(haec fore dixerunt belli mala signa cometen,
    multus ut in terras deplueretque lapis ;
atque tubas atque arma ferunt strepitantia caelo
    audita et lucos praecinuisse fugam ;
ipsum etiam Solem defectum lumine uidit
    iungere pallentes nubilus annus equos
et simulacra deum lacrimas fudisse tepentes
    fataque uocales praemonuisse boues),
haec fuerant olim ; sed tu iam mitis Apollo
    prodigia indomitis merge sub aequoribus,
et succensa sacris crepitet bene laurea flammis,
    omine quo felix et sacer annus erit.
Laurus ubi bona signa dedit, gaudete coloni,
    distendet spicis horrea plena Ceres,
oblitus et musto feriet pede rusticus uuas,
    dolia dum magni deficiantque lacus ;
ac madidus Baccho sua festa Palilia pastor
    concinet ; a stabulis tunc procul este lupi ;
ille leuis stipulae sollemnis potus aceruos
    accendet, flammas transilietque sacras ;
et fetus matrona dabit, natusque parenti
    oscula comprensis auribus eripiet,
nec taedebit auum paruo aduigilare nepoti
    balbaque cum puero dicere uerba senem.
Tunc operata deo pubes discumbet in herba,
    arboris antiquae qua leuis umbra cadit,
aut e ueste sua tendent umbracula sertis
    uincta, coronatus stabit et ipse calix ;
at sibi quisque dapes et festas exstruet alte
    caespitibus mensas caespitibusque torum.
Ingeret hic potus iuuenis maledicta puellae,
    postmodo quae uotis inrita facta uelit:
nam ferus ille suae plorabit sobrius idem
    et se iurabit mente fuisse mala.

Tibulle, 
Élégies, II, 5, v. 67-105
(38 vers – 228 mots)

(1) Nom d’une prophétesse.

B. HOMMES

Session 1961

Thème latin

CE QUI ME REND PÉNIBLE LA BONNE ŒUVRE QU’ON EXIGE

Après tant de tristes expériences, j’ai appris à prévoir de loin les conséquences de mes premiers mouvements suivis, et je me suis souvent abstenu d’une bonne œuvre que j’avais le désir et le pouvoir de faire, effrayé de l’assujettissement auquel dans la suite je m’allais soumettre, si je m’y livrais inconsidérément. Je n’ai pas toujours senti cette crainte ; au contraire, dans ma jeunesse je m’attachais par mes propres bienfaits et j’ai souvent éprouvé de même que ceux que j’obligeais s’affectionnaient à moi par reconnaissance encore plus que par intérêt. Mais les choses ont bien changé de face à cet égard comme à tout autre, aussitôt que mes malheurs ont commencé. J’ai vécu dès lors dans une génération nouvelle qui ne ressemblait point à la première, et mes propres sentiments pour les autres ont souffert des changements que j’ai trouvés dans les leurs. Les mêmes gens que j’ai vus successivement dans ces deux générations si différentes, se sont pour ainsi dire assimilés successivement à l’une et à l’autre. De vrais et francs qu’ils étaient d’abord, devenus ce qu’ils sont, ils ont fait comme tous les autres, et par cela seul que les temps sont changés, les hommes ont changé comme eux. Eh ! comment pourrais-je garder les mêmes sentiments pour ceux en qui je trouve le contraire de ce qui les fit naître ! Je ne les hais point, parce que je ne saurais haïr ; mais je ne puis me défendre du mépris qu’ils méritent ni m’abstenir de le leur témoigner.

Peut-être, sans m’en apercevoir, ai-je changé moi-même plus qu’il n’aurait fallu ; quel naturel résisterait sans s’altérer à une situation pareille à la mienne ? Convaincu par vingt ans d’expérience que tout ce que la nature a mis d’heureuses dispositions dans mon cœur est tourné, par ma destinée et par ceux qui en disposent, au préjudice de moi-même ou d’autrui, je ne puis plus regarder une bonne œuvre qu’on me présente à faire que comme un piège qu’on me tend et sous lequel est caché quelque mal.

Jean-Jacques Rousseau (1712-1778),
Les Rêveries du promeneur solitaire (1782)
(379 mots)

Session 1963

Thème latin

Qui est-ce qui remplira notre attente ? Sera-ce l’athlète que la douleur subjugue et que la sensibilité décompose ? Ou l’athlète académisé qui se possède et pratique les leçons de la gymnastique en rendant le dernier soupir ? Le gladiateur ancien, comme un grand comédien, un grand comédien, ainsi que le gladiateur ancien, ne meurent pas comme on meurt sur un lit, mais sont tenus de nous jouer une autre mort pour nous plaire, et le spectateur délicat sentirait que la vérité nue, l’action dénuée de tout apprêt serait mesquine et contrasterait avec la poésie du reste. Ce n’est pas que la pure nature n’ait ses moments sublimes, mais je pense que s’il est quelqu’un sûr de saisir et de conserver leur sublimité, c’est celui qui les aura pressentis d’imagination ou de génie et qui les rendra de sang-froid. Cependant je ne nierais pas qu’il n’y eût une sorte de mobilité d’entrailles acquise ou factice ; mais si vous m’en demandez mon avis, je la crois presque aussi dangereuse que la sensibilité naturelle. Elle doit conduire peu à peu l’acteur à la manière et à la monotonie. C’est un élément contraire à la diversité des fonctions d’un grand comédien ; il est souvent obligé de s’en dépouiller, et cette abnégation de soi n’est possible qu’à une tête de fer. Encore vaudrait-il mieux, pour la facilité et le succès des études, l’universalité du talent, et la perfection du jeu, n’avoir point à faire cette incompréhensible distraction de soi d’avec soi, dont l’extrême difficulté, bornant chaque comédien à un seul rôle, condamne les troupes à être très nombreuses, ou presque toutes les pièces à être mal jouées, à moins que l’on ne renverse l’ordre des choses et que les pièces ne se fassent pour les acteurs, qui, ce me semble, devraient tout au contraire être faits pour les pièces.

Denis Diderot (1713-1784),
Paradoxe sur le comédien (1830)
(331 mots)

Session 1974

Dissertation française

Voltaire écrit dans la préface du Dictionnaire philosophique :

« Les personnages de tout état trouveront de quoi s’instruire en s’amusant. Ce livre n’exige pas une lecture suivie ; mais, à quelque endroit qu’on l’ouvre, on trouve de quoi réfléchir. Les livres les plus utiles sont ceux dont les lecteurs font eux-mêmes la moitié ; ils étendent les pensées dont on leur présente le germe ; ils corrigent ce qui leur semble défectueux et fortifient par leurs réflexions ce qui leur paraît faible. »

Pensez-vous qu’une telle présentation convienne au Dictionnaire philosophique ?

Thème latin

TÉRENCE ÉTAIT-IL L’AUTEUR DE SES COMÉDIES ?

J’aimerais mieux regarder Lælius, tout grand personnage qu’on le dit, comme un fat qui enviait à Térence une partie de son mérite, que de le croire auteur d’une scène de L’Andrienne, ou de L’Eunuque. Qu’un soir, la femme de Lælius, lassée d’attendre son mari, et curieuse de savoir ce qui le retenait dans sa bibliothèque, se soit levée sur la pointe du pied, et l’ait surpris écrivant une scène de comédie ; que, pour s’excuser d’un travail prolongé si avant dans la nuit, Lælius ait dit à sa femme qu’il ne s’était jamais senti tant de verve ; et que les vers qu’il venait de faire étaient les plus beaux qu’il eût faits de sa vie, n’en déplaise à Montaigne, c’est un conte ridicule dont quelques exemples récents pourraient nous désabuser, sans la pente naturelle qui nous porte à croire tout ce qui tend à rabattre du mérite d’un homme, en le partageant. 

L’auteur des Essais a beau dire que, « si la perfection du bien parler pouvait apporter quelque gloire sortable à un grand personnage, certainement Scipion et Lælius n’eussent pas résigné l’honneur de leurs comédies, et toutes les mignardises et délices du langage latin, à un serf africain », je lui répondrai sur son ton, que le talent de s’immortaliser par les lettres n’est pas une qualité mésavenante à quelque rang que ce soit […].

Denis Diderot (1713-1784),
Éloge de Térence (1765)
(252 mots)

Thème grec

L’HISTOIRE ET LES DISCOURS

Si l’idéal de Thucydide avait été de publier autant que possible les discours dans leur texte exact, rien ne lui était plus facile. Il nous dit qu’il s’est mis au travail dès le début de la guerre, comptant bien qu’il abordait un sujet qui surpasserait en intérêt celui d’Hérodote. S’il avait tenu à posséder les discours réels, il les aurait fait noter par un assistant qu’il eût payé : c’eût été le moindre des frais que dût lui coûter son histoire, et peut-être, après tout, avait-il en effet quelques documents de ce genre, analogues à ceux sur lesquels Xénophon écrivit les Mémorables, qui ne sont sûrement pas imaginés par lui. Mais cette besogne de critique et de grammairien est étrangère à l’Athènes de cette époque. Voici, je crois, quel est l’ordre d’idées où se meut naturellement Thucydide. Le grand inconvénient de l’écriture c’est, comme le dit Platon, qu’elle est irrévocable, qu’elle n’admet plus les modifications, l’assouplissement, la végétation de la vie, qu’elle arrête la pensée, comme la mort, en un visage définitif. Elle comporte donc un germe de fausseté, puisqu’elle immobilise le vivant et que la vie, c’est la mobilité. Un discours sténographié, c’est-à-dire dépouillé de son action, de son magnétisme, de l’auditoire qui l’inspire et qu’il inspire, de son mouvement, n’est pas reproduit au vrai.

Albert Thibaudet (1874-1936),
La Campagne avec Thucydide (1922)
(251 mots)

Version grecque

Πάλιν τοίνυν ὁ αὐτὸς ποιητὴς ἐν τῷ Φοίνικι ἀποφαίνεται, ὑπὲρ τῆς γεγενημένης αὐτῷ πρὸς τὸν πατέρα διαϐολῆς ἀπολογούμενος, καὶ ἀπεθίζων τοὺς ἀνθρώπους, μὴ ἐξ ὑποψίας, μηδ’ ἐκ διαϐολῆς, ἀλλ’ ἐκ τοῦ βίου, τὰς κρίσεις ποιεῖσθαι·

Ἤδη δὲ πολλῶν ᾑρέθην λόγων κριτής,
Καὶ πόλλ’ ἁμιλληθέντα μαρτύρων ὕπο
Τἀναντί’ ἔγνων συμφορᾶς μιᾶς πάρα.
Κᾀγὼ μὲν οὕτω, χ’ ὅστις ἔστ’ ἀνὴρ σοφός,
Λογίζομαι τἀληθές, εἰς ἀνδρὸς φύσιν,
Σκοπῶν δίαιτάν ἥντιν’ ἐμπορεύεται.
Ὅστις δ’ ὁμιλῶν ἥδεται κακοῖς ἀνήρ,
Οὐ πώποτ’ ἠρώτησα, γιγνώσκων, ὅτι
Τοιοῦτός ἐσθ’ οἵοισπερ ἥδεται ξυνών.

Σκέψασθε δέ, ὦ Ἀθηναῖοι, τὰς γνώμας, ἃς ἀποφαίνεται ὁ ποιητής. Ἤδη δὲ πολλῶν πραγμάτων φησὶ γεγενῆσθαι κριτής, ὥσπερ νῦν ὑμεῖς δικασταί, καὶ τὰς κρίσεις οὐκ ἐκ τῶν μαρτυριῶν, ἀλλ’ ἐκ τῶν ἐπιτηδευμάτων καὶ τῶν ὁμιλιῶν φησι ποιεῖσθαι, ἐκεῖσε ἀποϐλέπων, πῶς τὸν καθ’ ἡμέραν βίον ζῇ ὁ κρινόμενος, καὶ ὅντινα τρόπον διοικεῖ τὴν ἑαυτοῦ οἰκίαν, ὡς παραπλησίως αὐτὸν καὶ τὰ τῆς πόλεως διοικήσοντα, καὶ τίσι χαίρει πλησιάζων· καὶ τελευτῶν οὐκ ὤκνησεν ἀποφήνασθαι τοιοῦτον εἶναι οἷσπερ ἥδεται ξυνών. Οὐκοῦν δίκαιον καὶ περὶ Τιμάρχου τοῖς αὐτοῖς ὑμᾶς Εὐριπίδῃ χρήσασθαι λογισμοῖς. Πῶς διῴκηκε τὴν ἑαυτοῦ οὐσίαν ; Kατεδήδοκε τὰ πατρῷα, καὶ τὰ τῶν φίλων, μεμισθαρνηκὼς τῷ σώματι καὶ δωροδοκῶν δημοσίᾳ, πάντ’ ἠφάνικεν, ὥστε μηδὲν ἄλλ’ ἢ τὰς αἰσχύνας αὐτῷ περιεῖναι. Χαίρει δὲ τῷ συνών ; Ἡγησάνδρῳ. Ὁ δ’ Ἡγήσανδρος ἐκ τίνων ἐστὶν ἐπιτηδευμάτων ; ἐκ τούτων, ἃ τὸν πράξαντα οἱ νόμοι ἀπαγορεύουσι μὴ δημηγορεῖν. Ἐγὼ δὲ τί λέγω κατὰ Τιμάρχου, καὶ τίνα ποτ’ ἐστὶν ἃ ἀντιγέγραμμαι ; μὴ δημηγορεῖν Τίμαρχον πεπορνευμένον, καὶ τὴν πατρῴαν οὐσίαν κατεδηδοκότα. Ὑμεῖς δὲ τί ὀμωμόκατε ; ὑπὲρ αὐτῶν ψηφιεῖσθαι, ὧν ἂν ἡ δίωξις ᾖ.

Eschine, Contre Timarque, 152-154
(259 mots)

Version latine

APRÈS UNE CAPITULATION ET UNE PAIX HONTEUSES

Après le désastre des Fourches Caudines, les consuls chefs de l’armée vaincue (Spurius Postumius et Titus Veturius) ont été invités par leurs successeurs (Q. Publilius Philo et L. Papirius Cursor) à se prononcer, devant le Sénat, sur l’exécution du traité qu’ils ont personnellement passé avec leurs vainqueurs.

Quo die creati sunt consules, eo – sic enim placuerat patribus – magistratum inierunt sollemnibusque senatus consultis perfectis de pace Caudina rettulerunt ; et Publilius, penes quem fasces erant : « Dic, Sp. Postumi », inquit. Qui ubi surrexit, eodem illo uoltu, quo sub iugum missus erat : « Haud sum ignarus, » inquit, « consules, ignominiae, non honoris causa me primum excitatum iussumque dicere, non tamquam senatorem sed tamquam reum qua infelicis belli qua ignominiosae pacis. Ego tamen, quando neque de noxa nostra neque de poena rettulistis, omissa defensione, quae non difficillima esset apud haud ignaros fortunarum humanarum necessitatiumque, sententiam de eo de quo rettulistis paucis peragam ; quae sententia testis erit mihine an legionibus uestris pepercerim, cum me seu turpi seu necessaria sponsione obstrinxi ; qua tamen, quando iniussu populi facta est, non tenetur populus Romanus, nec quicquam ex ea praeterquam corpora nostra debentur Samnitibus. Dedamur per fetiales nudi uinctique ; exsoluamus religione populum, si qua obligauimus, ne quid diuini humaniue obstet quo minus iustum piumque de integro ineatur bellum. Interea consules exercitum scribere, armare, educere placet, nec prius ingredi hostium fines quam omnia iusta in deditione nostra perfecta erunt. Vos, di immortales, precor quaesoque, si uobis non fuit cordi Sp. Postumium T. Veturium consules cum Samnitibus prospere bellum gerere, at uos satis habeatis uidisse nos sub iugum missos, uidisse sponsione infami obligatos, uidere nudos uinctosque hostibus deditos, omnem iram hostium nostris capitibus excipientes ; nouos consules legionesque Romanas ita cum Samnite gerere bellum uelitis, ut omnia ante nos consules bella gesta sunt. »

Quae ubi dixit, tanta simul admiratio miseratioque uiri incessit homines ut modo uix crederent illum eundem esse Sp. Postumium qui auctor tam foedae pacis fuisset, modo miserarentur quod uir talis etiam praecipuum apud hostes supplicium passurus esset ob iram diremptae pacis.

Tite-Live,
L’Histoire romaine, IX, 8
(282 mots)

C. MIXTE

Session 1991

Version latine

Silius Italicus (La Guerre punique, XIII, v. 650-686)

Rapports du jury 2004-2007

Rapports du jury 2008-2019

Session 2020

Rapport du jury 2020

Dissertation française

Vous analyserez et discuterez ces propos de Bérangère Bonvoisin, à la lumière de votre lecture des deux pièces de Robert Garnier, Hippolyte et La Troade 

« On ne se touchait pas, mais on avait des corps très violents. Pendant les répétitions, Antoine nous demandait de nous forcer à trembler. Avec les mots de Garnier, ce jeu dessinait une architecture magnifique, car nous ne nous touchions pas, et en même temps nous étions reliés par un fil invisible. Il me semble que le premier mot que j’ai entendu d’Antoine à propos de ce spectacle, c’était qu’il fallait être barbare et précieux. Pour moi, ce qu’il y avait de ‘précieux’, c’était le langage, et le ‘barbare’, c’était le corps. » 

[« ‘Barbare et précieux’, entretien avec Bérangère Bonvoisin et Jean-Yves Dubois sur la mise en scène d’Hippolyte par Antoine Vitez » (1982, Théâtre National de Chaillot), Lectures de Robert Garnier : Hippolyte, Les Juifves, dir. E. Buron, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 76.]

Thème latin

Les peintres de la Renaissance, redécouvrant la grâce de l’Antique, avaient peuplé les lieux où ils vivaient de nymphes, de temples en ruine, de satyres et de dieux. J’étais sensible au pouvoir troublant de leurs Bacchanales, à la sérénité de leurs Parnasses : on aurait dit qu’à travers ces œuvres, nos rêves les plus tendres et les plus ardents prenaient une force et un charme accrus en se rattachant à ces images déposées au fond du souvenir ; et le même pouvoir était dévolu aux noms anciens dans la prose et la poésie des écrivains de ce même temps. C’étaient les éternelles figures du Désir qui, au lieu de surgir fragiles, perdues, spectrales, dans l’isolement du présent, s’étaient ornées de parures en apparence seulement étrangères, enveloppées ou nourries de mémoire, paradoxalement rajeunies de s’être baignées dans les plus antiques fontaines. La douloureuse distance du Temps, ces figures l’enjambaient comme une arche irisée ; ou plutôt, la changeaient en profondeur brillante et familière ; d’une rupture, elles faisaient un lien…

Néanmoins, je ne pouvais m’empêcher, devant ces œuvres, de ressentir toujours une impression, fût-elle légère, de théâtre : parce que la vérité qu’elles exprimaient avait cessé d’être la nôtre. Et quand je regardais les paysages de Cézanne, où je pouvais retrouver ceux qui m’entouraient, je me disais […] qu’en eux, où il n’y avait que montagnes, maisons, arbres et rochers, d’où les figures s’étaient enfuies, la grâce de l’Origine était encore plus présente ; et que, s’il avait essayé quelquefois d’y situer des baigneuses, ce pouvait être, sans qu’il le sût, pour exprimer plus explicitement ce qui, en fait, n’avait nul besoin de l’être autrement que par un certain ordre de la lumière.

Philippe Jaccottet (1925-2021),
Paysages avec figures absentes (1970)
(299 mots)

Corrigé proposé par le jury

Illo litterarum artiumque renatarum aeuo, pictores, qui rursus rerum Graecarum uel Romanarum leporem inuenirent, locos ubi uitam agebant nymphis, templis euersis, satyris deisque frequentauerant. Ipse autem sentiebam quanta ui Bacchanalium eorum animi perturbari possent, quam sereni essent eorum Parnassi. Operibus enim illis diceres somnia nostra mollissima feruentissimaque uim ac suauitatem maiorem suscipere dum cum eis penitus in memoria depositis imaginibus congruunt. Atque eamdem consecutionem ea prisca nomina afferebant quae apud illius eiusdem aetatis scriptores in oratione soluta uel in uersibus inueniuntur. Quae sempiternas libidinis ipsius effigies notabant quippe quae cum fragiles, errantes, simulacrorum similes solitudineque quam tempus praesens gignit seclusae exsurgere potuissent, ornamentis specie quidem ipsa alienis, memoria offusae uel instructae se decorauissent, sed idcirco mirabiliter renouatae euasissent quod antiquissimis in fontibus essent lotae. Itaque eae effigies, quamquam saecula graue spatium intermiserant, sicut arcus uersicolor ita id trangrediebantur uel potius, magnitudine quadam adiecta, in rem nitidam familiaremque mutabant. Quarum auxilio e rebus disiunctis quasi uinculo coniunctae fiebant… 

Teneri tamen non poteram quin, illis operibus conspectis, quasi ex theatro aliquem sensum, etsi leuem, semper perciperem, quia quam ueritatem exprimebant, ea iam nostra esse desierat. Atque ubi rura ab illo Apelle Gallico picta conspiciebam, in quibus ea rursus inuenire poteram quibus circumdari solebam, mecum reputabam originis ipsius rerum leporem in eis, ubi nihil aliud uersaretur nisi montes, uillae, arbores saxaque, unde effigies effugissent, etiam uehementius inesse ; atque illum ibi aliquando uirgines nantes collocare ea causa fortasse temptauisse, quo, quamquam hoc nesciret, explicatiore modo ea exprimere uellet, quae re uera nihil aliter nisi qua lucis compositione exprimenda essent.

Thème grec

LES SCIENCES NUISENT AUX QUALITÉS MORALES (1)

Vos enfants ignoreront leur propre langue, mais ils en parleront d’autres qui ne sont en usage nulle part ; ils sauront composer des vers qu’à peine ils pourront comprendre ; sans savoir démêler l’erreur de la vérité, ils posséderont l’art de les rendre méconnaissables aux autres par des arguments spécieux ; mais ces mots de magnanimité, de tempérance, d’humanité, de courage, ils ne sauront ce que c’est ; ce doux nom de patrie ne frappera jamais leur oreille ; et s’ils entendent parler de Dieu, ce sera moins pour le craindre que pour en avoir peur. J’aimerais autant, disait un sage, que mon écolier eût passé le temps dans un jeu de paume, au moins le corps en serait plus dispos. Je sais qu’il faut occuper les enfants, et que l’oisiveté est pour eux le danger le plus à craindre. Que faut-il donc qu’ils apprennent ? Voilà certes une belle question ! Qu’ils apprennent ce qu’ils doivent faire étant hommes, et non ce qu’ils doivent oublier. Telle était l’éducation des Spartiates, au rapport du plus grand de leurs rois. « C’est, dit Montaigne (2), chose digne de très grande considération, qu’en cette excellente police de Lycurgue, et à la vérité monstrueuse par sa perfection, si soigneuse pourtant de la nourriture des enfants, comme de sa principale charge, et au gîte même des Muses, il s’y fasse si peu mention de la doctrine : comme si, cette généreuse jeunesse dédaignant tout autre joug, on lui ait dû fournir, au lieu de nos maîtres de science, seulement des maîtres de vaillance, prudence et justice. »

Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), 
Discours sur les sciences et les arts (1750), Seconde partie
(268 mots)

(1) Traduire le titre.
(2) Traduire par un indéfini. 

Corrigé proposé par le jury

Ὅτι τὰ μαθήματα βλάπτει τὰς τῶν ἠθῶν ἀρετάς

Οἱ ὑμέτεροι παῖδες τὴν μὲν σφετέραν αὐτῶν γλῶτταν ἀγνοήσουσιν, ἄλλαις δέ τισι χρήσονται ταῖς οὐδαμοῦ νομιζομέναις· μέτρα δὲ ποιεῖν μὲν εἴσονται, συνιέναι δὲ μόλις οἷοί τ’ ἔσονται· τὸ δὲ ψεῦδος τῆς ἀληθείας οὐκ εἰδότες διακρῖναι τεχνικοί γ’ ἔσονται περὶ τὸ ταῦτα συγχεῖν πρὸς ἄλλους λόγοις εὐπρεπέσι χρώμενοι· οὐ μέντοι τὰ ὀνόματα ταῦτα, μεγαλοφροσύνην τε καὶ σωφροσύνην καὶ φιλανθρωπίαν καὶ ἀνδρείαν, ἅττα ἐστὶν εἴσονται· οὐδὲ τόδε τὸ ἡδὺ ὄνομα πατρίδα ἀκούσονταί ποτε, ἀλλ’ ἐὰν ἀκούσωσι περὶ θεοῦ, ἧττον αὐτὸν αἰδέσονται ἢ φοβήσονται. Καὶ μὲν δὴ σοφός τις ἔλεγεν· Ἐβουλόμην γ’ ἂν μᾶλλον, ἔφη, τὸν ἐμὸν μαθητὴν σφαιρίζοντα διατρῖψαι· ταύτῃ γοῦν ὑγιεινότερον ἂν εἶχε τὸ σῶμα. Ἀλλὰ γὰρ εὖ οἶδα ὅτι δεῖ ἀσχόλους ποιεῖν τοὺς παῖδας καὶ πάντων τῶν κινδύνων τὴν ἀργίαν μάλιστα αὐτοῖς φοβητέον ἐστίν. Τί οὖν χρὴ αὐτοὺς μανθάνειν ; Καλόν γε τὸ ἐρώτημα. Μανθανόντων δὴ τὰ προσήκοντα αὐτοῖς πράττειν ὡς ἀνθρώποις οὖσιν ἀλλὰ μὴ τὰ μνήμης ἀνάξια. Καὶ δὴ τοῖς Λακεδαιμονίοις τοιαύτη ἦν ἡ ἀγωγὴ ὥσπερ καὶ διηγεῖται ὁ μέγιστος τῶν παρ’ αὐτοῖς βασιλέων. Καὶ γὰρ λέγει τις· Τόδε γε ἀξιολογώτατόν τί ἐστιν, ὅτι ἔν τε ἐκείνῃ τῇ τοῦ Λυκούργου πολιτείᾳ τῇ καλλίστῃ καὶ ἅτε τελείᾳ οὔσῃ ὡς ἀληθῶς τερατώδει, καίπερ ἐπιμελεστάτῃ οὔσῃ τῆς τῶν παίδων τροφῆς ὡς τοῦ κυρίου ἔργου τοῦ ἑαυτῆς, καὶ ἐν αὐτῇ τῇ τῶν Μουσῶν οἰκήσει, ἥκιστα λέγεται περὶ μαθήσεως ὡς δεῆσαν ἐκείνοις τοῖς γενναίοις νεανίαις, ἅτε παντὸς ἄλλου ζυγοῦ καταφρονοῦσιν, ἀντὶ τῶν παρ’ ἡμῖν ἐπιστήμης διδασκάλων μηδενὸς ἄλλου διδασκάλους παρέχειν εἰ μὴ ἀνδρείας τε καὶ φρονήσεως καὶ δικαιοσύνης.

Version grecque

Après qu’Achille a vivement réagi en apprenant la décision d’Agamemnon de sacrifier Iphigénie, Clytemnestre l’implore de sauver sa fille.

ΚΛΥΤΑΙΜΗΣΤΡΑ
Φεῦ·
πῶς ἄν σ’ ἐπαινέσαιμι μὴ λίαν λόγοις,
μηδ’ ἐνδεὴς τοῦδ’ ἀπολέσαιμι τὴν χάριν ;
Αἰνούμενοι γὰρ ἁγαθοὶ τρόπον τινὰ
μισοῦσι τοὺς αἰνοῦντας, ἢν αἰνῶσ’ ἄγαν.
Αἰσχύνομαι δὲ παραφέρουσ’ οἰκτροὺς λόγους,
ἰδίᾳ νοσοῦσα· σὺ δ’ ἄνοσος κακῶν γ’ ἐμῶν.
Ἀλλ’ οὖν ἔχει τι σχῆμα, κἂν ἄπωθεν ᾖ
ἀνὴρ ὁ χρηστός, δυστυχοῦντας ὠφελεῖν.
Οἴκτιρε δ’ ἡμᾶς· οἰκτρὰ γὰρ πεπόνθαμεν.
Ἣ πρῶτα μέν σε γαμβρὸν οἰηθεῖσ’ ἔχειν, 
κενὴν κατέσχον ἐλπίδ’· εἶτά σοι τάχα
ὄρνις γένοιτ’ ἂν τοῖσι μέλλουσιν γάμοις
θανοῦσ’ ἐμὴ παῖς, ὅ σε φυλάξασθαι χρεών.
Ἀλλ’ εὖ μὲν ἀρχὰς εἶπας, εὖ δὲ καὶ τέλη·
σοῦ γὰρ θέλοντος παῖς ἐμὴ σωθήσεται. 
Βούλῃ νιν ἱκέτιν σὸν περιπτύξαι γόνυ ;
Ἀπαρθένευτα μὲν τάδ’· εἰ δέ σοι δοκεῖ,
ἥξει, δι’ αἰδοῦς ὄμμ’ ἔχουσ’ ἐλεύθερον.
Εἰ δ’ οὐ παρούσης ταὐτὰ τεύξομαι σέθεν,
μενέτω κατ’ οἴκους· σεμνὰ γὰρ σεμνύνεται.
Ὅμως δ’, ὅσον γε δυνατόν, αἰδεῖσθαι χρεών.

ΑΧΙΛΛΕΥΣ
Σὺ μήτε σὴν παῖδ’ ἔξαγ’ ὄψιν εἰς ἐμήν,
μήτ’ εἰς ὄνειδος ἀμαθὲς ἔλθωμεν, γύναι·
στρατὸς γὰρ ἀθρόος, ἀργὸς ὢν τῶν οἴκοθεν,
λέσχας πονηρὰς καὶ κακοστόμους φιλεῖ.
Πάντως δέ μ’ ἱκετεύοντέ θ’ ἥξετ’ εἰς ἴσον,
ἐπ’ ἀνικετεύτοις θ’· εἷς ἐμοὶ γάρ ἐστ’ ἀγὼν
μέγιστος, ὑμᾶς ἐξαπαλλάξαι κακῶν.
Ὡς ἕν γ’ ἀκούσασ’ ἴσθι, μὴ ψευδῶς μ’ ἐρεῖν·
ψευδῆ λέγων δὲ καὶ μάτην ἐγκερτομῶν, 
θάνοιμι· μὴ θάνοιμι δ’ ἢν σώσω κόρην.

ΚΛ. Ὄναιο συνεχῶς δυστυχοῦντας ὠφελῶν.
ΑΧ. Ἄκουε δή νυν ἵνα τὸ πρᾶγμ’ ἔχῃ καλῶς.
ΚΛ. Τί τοῦτ’ ἔλεξας ; Ὡς ἀκουστέον γέ σου.
ΑΧ. Πείθωμεν αὖθις πατέρα βέλτιον φρονεῖν.
ΚΛ. Κακός τίς ἐστι καὶ λίαν ταρβεῖ στρατόν.
ΑΧ. Ἀλλ’ οὖν λόγοι γε καταπαλαίουσιν λόγους. 
ΚΛ. Ψυχρὰ μὲν ἐλπίς· ὅ τι δὲ χρή με δρᾶν φράσον. 
ΑΧ. Ἱκέτευ’ ἐκεῖνον πρῶτα μὴ κτείνειν τέκνα·
ἢν δ’ ἀντιβαίνῃ, πρὸς ἐμέ σοι πορευτέον.

Euripide,
Iphigénie à Aulis, v. 977-1016
(278 mots)

Corrigé proposé par le jury

CLYTEMNESTRE – Comment pourrais-je te louer avec des paroles qui ne soient pas excessives et ne pas perdre ta faveur (bienveillance) parce que je manquerais de talent oratoire ? Les hommes de bien, en effet, quand ils sont loués, haïssent d’une certaine façon ceux qui les louent s’ils les louent à l’excès. Or, j’éprouve quelque honte à me voir t’adresser ainsi des paroles de pitié, alors que je suis frappée d’un mal qui n’affecte que moi : toi, en revanche, tu n’es atteint d’aucun mal, en tout cas pas par mes malheurs. C’est en tout cas la marque pour l’homme de bien d’une certaine noblesse (d’âme) que de venir en aide à des gens en proie au malheur même s’il n’est pas (directement) concerné. Aie pitié de nous, car nous avons subi une épreuve digne de pitié / nous sommes plongés dans des tourments dignes de pitié. Moi, tout d’abord, alors que je m’étais imaginé que j’allais t’avoir pour gendre, je n’ai conçu là qu’un vain espoir. Quant à toi, ensuite, il se pourrait peut-être que ce soit un mauvais présage pour tes futures noces que ma fille ait été mise à mort (= peut-être l’immolation de ma fille pourrait-elle être un mauvais présage… ) – une funeste perspective dont tu dois (devrais) te garder ! Toutefois, si tu as bien parlé au début, tu as également bien parlé à la fin : si, de fait, tu le veux (c’est ce que tu veux), ma fille sera sauvée. Désires-tu qu’elle enserre ton genou (de ses bras) pour te supplier/ en suppliante ? Voilà une attitude qui ne sied guère à une jeune fille ; toutefois, si c’est ce que tu souhaites, elle se présentera devant toi en arborant le noble regard, empreint de pudeur, d’une femme libre. Mais, si je puis obtenir de toi les mêmes faveurs sans qu’elle ne soit présente, qu’elle reste au palais, car elle respecte les bienséances. Quoi qu’il en soit, elle se doit – dans la mesure du possible, en tout cas – de montrer de la pudeur (réserve).

ACHILLE – Toi, ne fais pas sortir ta fille (du palais) pour que je la voie et n’allons pas nous exposer, femme, aux quolibets des ignorants. C’est qu’une armée rassemblée en masse, quand elle est déchargée de ses soucis domestiques, aime à répandre des commérages remplis de calomnies et d’injures. Vous parviendrez (de toute façon) à un résultat (absolument) identique, que vous me suppliiez toutes deux ou que ce soit sans aucune supplication. Car je n’ai qu’un seul et immense défi à remporter : vous délivrer de vos malheurs. Car sois en tout cas assurée que tu n’auras entendu qu’une seule promesse sortir de ma bouche : c’est que je ne m’exprimerai pas par mensonges. Si je profère des mensonges ou ne cherche qu’à te berner de fallacieuses paroles, pourvu que je meure ! Puissé-je toutefois ne pas mourir si je parviens à sauver cette jeune fille ! 

CL. – Puisses-tu réussir à aider sans relâche des gens (qui sont) dans le malheur !
ACH. – Écoute-moi donc, (afin) que notre affaire puisse connaître une issue favorable !
CL. – Pourquoi as-tu dit cela/ me dis-tu cela ? Car je me dois de t’écouter, bien sûr !
ACH. – Tâchons de persuader son père de revenir à de meilleurs sentiments !
CL. – Ce n’est rien moins qu’un lâche, et il a trop (terriblement) peur de son armée.
ACH. – Pourtant, des arguments peuvent terrasser des (d’autres) arguments.
CL. – Vaine espérance ! Explique-moi plutôt ce que je dois faire !
ACH. – Commence par supplier cet homme de ne pas sacrifier son enfant ! Mais, s’il s’y refuse, tu devras venir me voir.

Version latine

INSTITUTION DES QUINQUENNALES :
L’OPINION PUBLIQUE SE DIVISE SUR L’INSTAURATION DE NOUVEAUX JEUX

Nerone quartum Cornelio Cosso consulibus, quinquennale ludicrum Romae institutum est ad morem Graeci certaminis, uaria fama, ut cuncta ferme noua. Quippe erant qui Cn. quoque Pompeium incusatum a senioribus ferrent, quod mansuram theatri sedem posuisset. Nam antea subitariis gradibus et scaena in tempus structa ludos edi solitos, uel si uetustiora repetas, stantem populum spectauisse, ne, si consideret theatro, dies totos ignauia continuaret. Spectaculorum quidem antiquitas seruaretur, quoties praetores ederent, nulla cuiquam ciuium necessitate certandi. Ceterum abolitos paulatim patrios mores funditus euerti per accitam lasciuiam, ut quod usquam corrumpi et corrumpere queat, in urbe uisatur, degeneretque studiis externis iuuentus, gymnasia et otia et turpis amores exercendo, principe et senatu auctoribus, qui non modo licentiam uitiis permiserint, sed uim adhibeant ut proceres Romani specie orationum et carminum scaena polluantur. Quid superesse, nisi ut corpora quoque nudent et caestus adsumant easque pugnas pro militia et armis meditentur ? An iustitiam auctum iri et decurias equitum egregium iudicandi munus expleturos, si fractos sonos et dulcedinem uocum perite audissent ? Noctes quoque dedecori adiectas, ne quod tempus pudori relinquatur, sed coetu promisco, quod perditissimus quisque per diem concupiuerit, per tenebras audeat. 

Pluribus ipsa licentia placebat, ac tamen honesta nomina praetendebant. Maiores quoque non abhorruisse spectaculorum oblectamentis pro fortuna, quae tum erat, eoque a Tuscis accitos histriones, a Thuriis equorum certamina ; et possessa Achaia Asiaque ludos curatius editos, nec quemquam Romae honesto loco ortum ad theatralis artes degenerauisse, ducentis iam annis a L. Mummi triumpho, qui primus id genus spectaculi in urbe praebuerit. Sed et consultum parsimoniae, quod perpetua sedes theatro locata sit potius quam immenso sumptu singulos per annos consurgeret ac destrueretur. 

Tacite,
Annales, XIV, 20-21 
(265 mots)

Corrigé proposé par le jury

Sous le consulat de Néron, consul pour la quatrième fois, et de Cornelius Nepos, des jeux quinquennaux furent institués à Rome à la manière du concours grec, suscitant des divergences d’opinion, comme à peu près toutes les nouveautés. Il se trouvait en effet des gens pour dire que Cnaeus Pompée lui aussi avait été accusé par les plus âgés parce qu’il avait installé un bâtiment de théâtre fait pour durer ; qu’auparavant, en effet, on avait l’habitude de donner les jeux avec des gradins improvisés et une scène construite pour l’occasion et même, si l’on remonte plus haut dans le temps, c’était debout que le peuple avait regardé les spectacles, par crainte que, s’il s’asseyait au théâtre, il n’y passât des jours entiers dans la paresse. Au moins fallait-il conserver le caractère antique des spectacles, disaient-ils, chaque fois que les prêteurs donnaient des jeux, sans aucune obligation pour un citoyen de concourir. En tout cas, les mœurs des ancêtres, peu à peu effacées, étaient / allaient être totalement balayées par cette mollesse venue de l’étranger, si bien que, tout ce qui peut / pouvait au monde corrompre et être corrompu, se verrait dans la ville et que la jeunesse dégénèrerait sous l’effet de passions importées, en pratiquant sans relâche les gymnases, l’oisiveté et les amours honteuses, et cela à l’instigation du prince et du sénat, qui non seulement avaient permis la licence aux vices, mais qui forçaient en plus les nobles romains à s’avilir sur scène, sous prétexte d’éloquence et de poésie. Que restait-il à faire, sinon qu’ils dénudent aussi leur corps, qu’ils prennent des cestes et qu’ils s’adonnent à ces luttes à la place du service militaire et des armées ? La justice en serait-elle renforcée et les décuries de chevaliers rempliraient-elles mieux la noble fonction de juger / de juges après avoir écouté en expertes des sons faibles et des voix douces ?  On avait même adjoint les nuits à la honte afin qu’il n’y ait point un moment laissé à la pudeur, mais qu’à la faveur d’un rassemblement pêle-mêle, tous les plus dépravés osent à travers les ténèbres ce qu’ils avaient ardemment désiré pendant le jour. 

Cependant, c’est cette licence même qui plaisait au plus grand nombre bien qu’il mît en avant d’honnêtes prétextes. Les Ancêtres, disaient-ils, n’avaient pas non plus eu en horreur les divertissements tirés des spectacles, en fonction de la fortune de leur temps, et ainsi on avait fait venir les comédiens de chez les Étrusques et on avait emprunté les courses de chevaux aux gens de Thurium ; de plus, une fois l’Achaïe et l’Asie conquises, on avait mis plus de soin à donner des jeux et personne à Rome issu de noble origine n’avait dégénéré en se livrant aux arts du théâtre, en deux cents ans déjà depuis le triomphe de L. Mummius qui le premier avait offert ce genre de spectacle dans la ville. Mais encore, on avait veillé à l’économie en ayant établi un bâtiment permanent pour le théâtre plutôt qu’il ne soit construit et détruit année après année à très grands frais. 

Session 2021

Rapport du jury 2021

Dissertation française

Vous analyserez et discuterez ce propos de Georges Poulet à la lumière de votre lecture de Histoire de ma vie de Casanova :

Casanova « est l’homme de son siècle par excellence. Toutefois, alors que chez la plupart des esprits de son temps, la recherche diversifiée du plaisir est un calcul raffiné et une démarche pleine d’élégance, il y a quelque chose de grossier, de heurté, même de spasmodique, dans la façon dont Casanova varie les objets de ses passions. Il faut bien le dire, cette vie révèle à qui la regarde ou s’efforce de la regarder dans son ensemble, une déplorable absence de “fondu”. Vie qui passe incessamment de la mascarade à l’orgie et de l’orgie à la catastrophe. » (Georges Poulet, Études sur le temps humain, « De l’instant éphémère à l’instant éternel », « Mesure de l’instant », chapitre V, « Casanova », Paris, réédition dans la collection Pocket, 2017, p. 452.) 

Thème latin

CLÉOPÂTRE ET SES ENFANTS (1)

Mes enfants, prenez place. Enfin voici le jour
Si doux à mes souhaits, si cher à mon amour,
Où je puis voir briller sur une de vos têtes
Ce que j’ai conservé parmi tant de tempêtes,
Et vous remettre un bien, après tant de malheurs,
Qui m’a coûté pour vous tant de soins et de pleurs.
Il peut vous souvenir quelles furent mes larmes,
Quand Tryphon me donna de si rudes alarmes,
Que, pour ne pas vous voir exposés à ses coups,
Il fallut me résoudre à me priver de vous.
Quelles peines depuis, grands dieux, n’ai-je souffertes !
Chaque jour redoubla mes douleurs et mes pertes.
Je vis votre royaume entre ces murs réduit,
Je crus mort votre père, et sur un si faux bruit
Le peuple mutiné voulut avoir un maître.
J’eus beau le nommer lâche, ingrat, parjure, traître,
Il fallut satisfaire à son brutal désir,
Et, de peur qu’il n’en prît, il m’en fallut choisir.
Pour vous sauver l’État que n’eussé-je pu faire ?
Je choisis un époux avec des yeux de mère,
Votre oncle Antiochus, et j’espérai qu’en lui
Votre trône tombant trouverait un appui.
Mais à peine son bras en relève la chute,
Que par lui de nouveau le Sort me persécute :
Maître de votre État par sa valeur sauvé,
Il s’obstine à remplir ce trône relevé.
Qui lui parle de vous attire sa menace,
Il n’a défait Tryphon que pour prendre sa place,
Et, de dépositaire et de libérateur
Il s’érige en Tyran, et lâche usurpateur.
Sa main l’en a puni, pardonnons à son Ombre,
Aussi bien en un seul voici des maux sans nombre.

Pierre Corneille (1606-1684),
Rodogune, princesse des Parthes, Acte II, scène 3 (1647)
(286 mots)

(1) Traduire le titre.

Corrigé proposé par le jury

QVID CLEOPATRA LIBERIS DIXERIT

Considite, liberi mei. Nam hic tandem adest dies mihi talia optanti dulcissimus carissimusque mihi uos amanti, quo non solum quod inter tot tempestates conseruaui, id in uno e capitibus uestris elucens uidere possum, sed etiam post tot miserias uobis id bonum tradere mihi licet quod uestra causa tot lacrimas curasque mihi attulit. Meminisse enim potestis quam multas lacrimas profuderim cum Trypho me tam uehementer sollicitauisset ut mihi decernendum esset, ne imperio eius infesti fieretis, a uobis abesse. Quanta autem, di magni, iam inde moleste tuli ! Nam dolores damnaque mihi in dies creuerunt, regnum uestrum in his muris uidi circumclusum, patrem uestrum credidi cecidisse, populusque quem ista tam falsa fama seditiosum reddiderat dominum sibi suscipere uoluit. Quem cum conclamarem esse et ignauum et ingratum et periurum et perfidum, tamen uoluntati eius uehementi satisfacere ita coacta sum ut rex mihi eligendus esset, uerita ne quem iste ultro crearet. Quid enim agere non potuissem ut uobis regnum integrum tenerem ? Nam Antiochum, patruum uestrum, dum eum maternis cum oculis conspicio, conjugem delegi atque quamquam speraui eum, regno praecipitante, uobis auxilio fore, uix tamen imperium uestrum dum lababat manu sua restituerat cum Fortuna eo ministro me iterum uexauit. Nam postquam ciuitatis uestrae potitus est quam uirtute sua seruauerat, id regnum cum restitutum esset deponere non uult sed eis minitatur qui ante eum de uobis uerba faciunt. Nullam enim ob aliam causam Tryphonem a regno expulit nisi ut locum eius occuparet. Itaque ut regni custos uindexque factus est, sic non solum tyrannum sed etiam hominem ignauum ac regni rapacem se praebet. Cuius rei poenas manu sua persoluit, ergo ignoscamus umbrae eius ; ita cum malum unum ferimus, simul permulta patimur.

Thème grec

LORENZO (1) – Je suis, en effet, précieux pour vous, car je tuerai Alexandre.
PHILIPPE – Toi ?
LORENZO – Moi, demain ou après-demain. Rentrez chez vous, tâchez de délivrer vos enfants ; si vous ne le pouvez pas, laissez-leur subir une légère punition ; je sais pertinemment qu’il n’y a pas d’autres dangers pour eux, et je vous répète que d’ici à quelques jours il n’y aura pas plus d’Alexandre de Médicis (2) à Florence (3) qu’il n’y a de soleil à minuit.
PHILIPPE – Quand cela serait vrai, pourquoi aurais-je tort de penser à la liberté ? Ne viendra-t-elle pas quand tu auras fait ton coup, si tu le fais ?
LORENZO – Philippe, Philippe, prends garde à toi. Tu as soixante ans de vertu sur ta tête grise ; c’est un enjeu trop cher pour le jouer aux dés.
PHILIPPE – Si tu caches sous ces sombres paroles quelque chose que je puisse entendre, parle ; tu m’irrites singulièrement.
LORENZO – Tel que tu me vois, Philippe, j’ai été honnête. J’ai cru à la vertu, à la grandeur humaine, comme un martyr croit à son dieu. J’ai versé plus de larmes sur la pauvre Italie que Niobé sur ses filles.
PHILIPPE – Eh bien, Lorenzo ?
LORENZO – Ma jeunesse a été pure comme l’or. Pendant vingt ans de silence, la foudre s’est amoncelée dans ma poitrine ; et il faut que je sois réellement une étincelle du tonnerre, car tout à coup, une certaine nuit que j’étais assis dans les ruines du colisée antique, je ne sais pourquoi, je me levai ; je tendis vers le ciel mes bras trempés de rosée, et je jurai qu’un des tyrans de ma patrie mourrait de ma main.

Alfred de Musset (1810-1857),
Lorenzaccio (1834)

(1) Traduire par « le jeune homme ».
(2) Ne pas traduire « de Médicis ».
(3) « à Florence » : traduire par « dans la cité ». 

Corrigé proposé par le jury

ΝΕΑΝΙΑΣ – Πολλοῦ γάρ σοι ἄξιός εἰμι ὡς ἀποκτενῶ τὸν Ἀλέξανδρον.
ΦΙΛΙΠΠΟΣ  – Σύ ;
ΝΕ. – Ἔγωγε, τῇ αὔριον ἢ τρίτῃ ἡμέρᾳ. Οἴκαδ’ οὖν ἐπάνελθε, καὶ ὅπως λύσεις τοὺς σεαυτοῦ παῖδας· ἐὰν δὲ μὴ δύνῃ, ἔασον αὐτοὺς σμικρόν τι κολάζεσθαι. Εὖ γὰρ οἶδα αὐτοὺς οὐδέν’ ἄλλον κίνδυνον κινδυνεύοντας καὶ πάλιν σοι λέγω ὅτι ἡμερῶν ὀλίγων ὥσπερ οὐ φαίνεται ὁ ἥλιος ἐν μέσῳ νυκτῶν, οὕτως οὐκέτι ἔσται Ἀλέξανδρος ἐν τῇ πόλει.
ΦΙ. – Εἰ καὶ τοῦτο ἀληθὲς εἴη, τί κακῶς ποιοίην ἂν ἐπινοῶν τὴν ἐλευθερίαν ; Οὔκουν αὕτη γενήσεται ὅταν τὸ ἔργον πράξῃς, ἐὰν ἄρα τοῦτο πράξῃς ;
ΝΕ. – Ὦ Φίλιππε, Φίλιππε, φύλαξαι. Σὺ γὰρ ἑξήκοντα ἔτη γεγονὼς καὶ πόλιος ὢν ἤσκηκας ἀρετήν · τιμιώτερον οὖν πρᾶγμά ἐστιν ἢ ὥστε κυβεύειν σε περὶ τούτῳ.
ΦΙ. – Εἴ τι τούτοις τοῖς αἰνίγμασιν ἀποκρύπτει συνετόν μοι, εἰπέ· θαυμασίως γὰρ ὡς κινεῖς με.
ΝΕ. – Τοιοῦτος ὢν οἷον ὁρᾷς, ὦ Φίλιππε, χρηστὸς ἐγενόμην. Ἐπίστευον γὰρ τῇ ἀρετῇ καὶ τῇ τῶν ἀνθρώπων μεγαλοφροσύνῃ ὥσπερ καὶ μάρτυς τις τῷ ἑαυτοῦ θεῷ πιστεύει. Πλέον δ’ ἐδάκρυον τὴν ἀθλίαν Ἰταλίαν ἢ Νιόβη τὰς θυγατέρας.
ΦΙ. – Τί οὖν, ὦ νεανία ;
ΝΕ. – Νέος ὢν καθαρὸς ἦν ὥσπερ χρυσός. Ἐν δ’ ᾧ εἴκοσιν ἔτη ἐσίγων, ἡθροίζετό μοι ὁ κεραυνὸς ἐν τῷ στήθει· καὶ, ὡς ἔοικε, τῷ ὄντι σπινθὴρ τῆς βροντῆς εἰμι, ἐπεὶ ἐξ ὑπογύου νυκτός τινος ἐν ᾗ ἐκαθήμην ἐν τοῖς τοῦ παλαιοῦ θεάτρου ἐρειπίοις οὐκ οἶδ’ ὅπως ἀνέστην· ἀνέτεινα δὲ τὰς δροσερὰς χεῖρας εἰς τὸν οὐρανόν καὶ διόμωσά τινα τῶν τῆς πατρίδος τυραννευόντων ἀποκτενεῖν αὐτοχειρίᾳ.

Version grecque

Poursuivi pour meurtre, le défendeur, qui clame son innocence, réfute la thèse de ses accusateurs selon laquelle il aurait assassiné la victime pour le compte de l’un de ses amis, Lycinos.

Ἔπειτα δ’, εἰ καὶ ὡς μάλιστα ἐϐούλετο αὐτὸν ὁ Λυκῖνος τεθνάναι (εἶμι γὰρ καὶ ἐπὶ τὸν τῶν κατηγόρων λόγον), οὗ αὐτὸς οὐκ ἠξίου αὐτόχειρ γενέσθαι, τοῦτο τὸ ἔργον ἐγώ ποτ’ ἂν ἐπείσθην ἀντ’ ἐκείνου ποιῆσαι ; Πότερα ὡς ἐγὼ μὲν ἦ τῷ σώματι ἐπιτήδειος διακινδυνεύειν, ἐκεῖνος δὲ χρήμασι τὸν ἐμὸν κίνδυνον ἐκπρίασθαι ; Οὐ δῆτα· τῷ μὲν γὰρ οὐκ ἦν χρήματα, ἐμοὶ δὲ ἦν. ᾿Αλλ’ αὖ τοὐναντίον ἐκεῖνος τοῦτο θᾶσσον ἂν ὑπ’ ἐμοῦ ἐπείσθη κατά γε τὸ εἰκὸς ἢ ἐγὼ ὑπὸ τούτου, ἐπεὶ ἐκεῖνός γ’ ἑαυτὸν οὐδ’ ὑπερήμερον γενόμενον ἑπτὰ μνῶν δυνατὸς ἦν λύσασθαι, ἀλλ’ οἱ φίλοι αὐτὸν ἐλύσαντο. Καὶ μὲν δὴ καὶ τῆς χρείας τῆς ἐμῆς καὶ τῆς Λυκίνου τοῦτο ὑμῖν μέγιστον τεκμήριόν ἐστιν, ὅτι οὐ σφόδρα ἐχρώμην ἐγὼ Λυκίνῳ φίλῳ ὡς πάντα ποιῆσαι ἂν τὰ ἐκείνῳ δοκοῦντα· οὐ γὰρ δή που ἑπτὰ μὲν μνᾶς οὐκ ἀπέτεισα ὑπὲρ αὐτοῦ δεδεμένου καὶ λυμαινομένου, κίνδυνον δὲ τοσοῦτον ἀράμενος ἄνδρα ἀπέκτεινα δι’ ἐκεῖνον. 

Ὡς μὲν οὖν οὐκ αὐτὸς αἴτιός εἰμι τοῦ πράγματος οὐδὲ ἐκεῖνος, ἀποδέδεικται καθ’ ὅσον ἐγὼ δύναμαι μάλιστα. Τούτῳ δὲ χρῶνται πλείστῳ λόγῳ οἱ κατήγοροι, ὅτι ἀφανής ἐστιν ὁ ἀνήρ (1), καὶ ὑμεῖς ἴσως περὶ τούτου αὐτοῦ ποθεῖτε ἀκοῦσαι. Εἰ μὲν οὖν τοῦτο εἰκάζειν με δεῖ, ἐξ ἴσου τοῦτό ἐστι καὶ ὑμῖν καὶ ἐμοί· οὔτε γὰρ ὑμεῖς αἴτιοι τοῦ ἔργου ἐστὲ οὔτε ἐγώ· εἰ δὲ δεῖ τοῖς ἀληθέσι χρῆσθαι, τῶν εἰργασμένων τινὰ ἐρωτώντων· ἐκείνου γὰρ ἄριστ’ ἂν πύθοιντο. ᾿Εμοὶ μὲν γὰρ τῷ μὴ εἰργασμένῳ τοσοῦτον τὸ μακρότατον τῆς ἀποκρίσεώς ἐστιν, ὅτι οὐκ εἴργασμαι· τῷ δὲ ποιήσαντι ῥᾳδία ἐστὶν ἡ ἀπόδειξις, καὶ μὴ ἀποδείξαντι εὖ εἰκάσαι. Οἱ μὲν γὰρ πανουργοῦντες ἅμα τε πανουργοῦσι καὶ πρόφασιν εὑρίσκουσι τοῦ ἀδικήματος, τῷ δὲ μὴ εἰργασμένῳ χαλεπὸν περὶ τῶν ἀφανῶν εἰκάζειν. Οἶμαι δ’ ἂν καὶ ὑμῶν ἕκαστον, εἴ τίς τινα ἔροιτο ὅ τι μὴ τύχοι εἰδώς, τοσοῦτον ἂν εἰπεῖν, ὅτι οὐκ οἶδεν· εἰ δέ τις περαιτέρω τι κελεύοι λέγειν, ἐν πολλῇ ἂν ἔχεσθαι ὑμᾶς ἀπορίᾳ δοκῶ. Μὴ τοίνυν ἐμοὶ νείμητε τὸ ἄπορον τοῦτο, ἐν ᾧ μηδ’ ἂν αὐτοὶ εὐποροῖτε· μηδὲ ἐὰν εὖ εἰκάζω, ἐν τούτῳ μοι ἀξιοῦτε τὴν ἀπόφευξιν εἶναι, ἀλλ’ ἐξαρκείτω μοι ἐμαυτὸν ἀναίτιον ἀποδεῖξαι τοῦ πράγματος. 

Antiphon, Plaidoyer sur le meurtre d’Hérode,§ 62-66
(342 mots)

(1) Désigne la victime, dont le corps n’a jamais été retrouvé.

Corrigé proposé par le jury

Ensuite, quand même Lycinos aurait, par-dessus tout, voulu le voir mort (car je vais passer à l’argument même de mes accusateurs), me serais-je donc laissé persuader, moi, de perpétrer à sa place ce crime qu’il n’aurait pas consenti à commettre lui-même ? Serait-ce donc que j’étais, moi, disposé à prendre ce risque au péril de ma vie, et lui à acheter à prix d’argent le risque que je courais ? Mais bien au contraire, ce dernier – selon toute vraisemblance, du moins – se serait plutôt laissé persuader par moi de commettre ce crime que je ne l’aurais été, moi, par lui, puisque justement, alors qu’il avait pris du retard pour honorer un paiement de sept mines, il n’avait même pas été capable de se libérer de prison, mais c’étaient ses amis qui l’en avaient libéré. Voilà d’ailleurs qui constitue aussi pour vous une excellente preuve de la nature de la relation que j’entretenais avec Lycinos, à savoir que nous n’étions pas amis au point que j’aurais pu faire tout ce qu’il eût décidé ; car que je sache, il n’est pas concevable que j’aie d’abord refusé de débourser sept mines pour le sauver quand il était déjà en prison et victime de mauvais traitements, puis assassiné un homme à sa demande en assumant un si grand danger !

Ni moi-même, ni lui non plus ne sommes donc responsables de ce meurtre ; c’est un fait désormais démontré du mieux que je le peux. Toutefois, mes accusateurs avancent comme argument principal le fait que la victime ait disparu, et peut-être souhaitez-vous, de votre côté, en entendre davantage sur ce point précis. Si l’on veut donc que j’élabore des conjectures à ce sujet, nous sommes vous et moi à égalité sur ce point, car ni vous, ni moi ne sommes responsables de ce crime ; mais si l’on veut atteindre la vérité, que l’on interroge l’un des coupables ; car c’est par cet homme-là que l’on serait le mieux informé. Car quant à moi, qui ne suis pas coupable, la réponse la plus longue que je puisse faire est : je ne suis pas coupable, et rien de plus ; tandis qu’à celui qui a perpétré un crime, il est aisé de faire une démonstration ou, même sans en avoir fait, d’élaborer des conjectures satisfaisantes. Car les délinquants, en même temps qu’ils commettent un délit, trouvent une justification à leur forfait, tandis qu’il est difficile pour celui qui n’est pas coupable d’élaborer des conjectures sur les faits qui lui sont obscurs. Or, je pense que si l’on demandait à l’un d’entre vous quelque chose que d’aventure il ignorât, chacun de vous dirait qu’il l’ignore, sans plus ; et si l’on vous poussait à en dire un peu plus, vous seriez, me semble-t-il, en grande difficulté. Par conséquent, ne m’imposez pas cette difficulté dont vous-mêmes ne sauriez non plus vous tirer ; et n’exigez pas que mon acquittement repose sur ma capacité à élaborer des conjectures satisfaisantes, mais qu’il me suffise de démontrer que je ne suis pas responsable de ce meurtre.

Version latine

MŒURS ET DEVOIRS DU RHÉTEUR

Ergo cum ad eas in studiis uires peruenerit puer ut quae prima esse praecepta rhetorum diximus mente consequi possit, tradendus eius artis magistris erit. Quorum in primis inspici mores oportebit : quod ego non idcirco potissimum in hac parte tractare sum adgressus, quia non in ceteris quoque doctoribus idem hoc examinandum quam diligentissime putem, sicut testatus sum libro priore, sed quod magis necessariam eius rei mentionem facit aetas ipsa discentium. Nam et adulti fere pueri ad hos praeceptores transferuntur et apud eos iuuenes etiam facti perseuerant ; ideoque maior adhibenda tum cura est, ut et teneriores annos ab iniuria sanctitas docentis custodiat et ferociores a licentia grauitas deterreat. Neque uero sat est summam praestare abstinentiam, nisi disciplinae seueritate conuenientium quoque ad se mores adstrinxerit.

Sumat igitur ante omnia parentis erga discipulos suos animum, ac succedere se in eorum locum a quibus sibi liberi tradantur existimet. Ipse nec habeat uitia nec ferat. Non austeritas eius tristis, non dissoluta sit comitas, ne inde odium, hinc contemptus oriatur. Plurimus ei de honesto ac bono sermo sit : nam quo saepius monuerit, hoc rarius castigabit ; minime iracundus, nec tamen eorum quae emendanda erunt dissimulator, simplex in docendo, patiens laboris, adsiduus potius quam immodicus. Interrogantibus libenter respondeat, non interrogantes percontetur ultro. In laudandis discipulorum dictionibus nec malignus nec effusus, quia res altera taedium laboris, altera securitatem parit. In emendando quae corrigenda erunt non acerbus minimeque contumeliosus ; nam id quidem multos a proposito studendi fugat, quod quidam sic obiurgant quasi oderint. Ipse aliquid, immo multa cotidie dicat quae secum auditores referant. Licet enim satis exemplorum ad imitandum ex lectione suppeditet, tamen uiua illa, ut dicitur, uox alit plenius, praecipueque praeceptoris quem discipuli, si modo recte sunt instituti, et amant et uerentur.

Quintilien,
Institution oratoire, II, 2, 1-8
(282 mots)

Corrigé proposé par le jury

Donc, quand l’enfant sera parvenu dans ses études à des capacités telles qu’il puisse suivre intellectuellement ce que nous avons appelé les premiers préceptes des rhéteurs, il devra être confié aux maîtres de cet art. Et avant tout, il conviendra d’examiner leurs mœurs : or si j’ai, pour ma part, entrepris de traiter cette question de préférence dans cette partie, ce n’est pas parce que je pense que ce même point ne doive pas être considéré avec la plus grande attention possible dans le cas de tous les autres enseignants aussi, comme je l’ai montré dans le livre précédent, mais parce la mention de cet élément est rendue plus nécessaire par l’âge même des élèves. En effet, les enfants sont presque arrivés à l’âge adulte quand ils sont amenés à ces professeurs, et ils restent auprès d’eux même une fois devenus jeunes hommes ; c’est pourquoi il faut alors veiller avec un plus grand soin à ce que, d’une part, l’intégrité de l’enseignant protège les plus jeunes et fragiles de toute offense et que, d’autre part, sa gravité détourne les plus fougueux de toute licence. Et au vrai, il ne lui suffit pas de montrer la plus grande retenue si, par la sévérité de sa discipline, il ne bride pas aussi les mœurs de ceux qui se rassemblent autour de lui.

Qu’il adopte donc avant tout l’attitude d’un père envers ses disciples, et qu’il considère qu’il prend la place de ceux qui lui confient leurs enfants. Que lui-même n’ait pas de vices ni ne les tolère. Que sa gravité ne soit pas austère ni relâchée sa bienveillance, pour éviter que la première n’engendre la haine, la seconde le mépris. Que la plupart de ses entretiens portent sur ce qui est honnête et bon ; car plus les avertissements auront été fréquents, plus les réprimandes seront rares ; qu’il ne soit nullement irritable, sans toutefois fermer les yeux sur (ou sans négliger pour autant) ce qui devra être corrigé, simple dans son enseignement, résistant au travail, assidu plutôt qu’excessif. Qu’il réponde volontiers à ceux qui lui posent des questions ; quant à ceux qui ne lui en posent pas, qu’il les interroge de sa propre initiative. En louant les exercices oratoires de ses disciples, qu’il ne soit ni mesquin ni prodigue car la première attitude engendre le dégoût du travail, la seconde, la suffisance. En corrigeant ce qu’il faudra rectifier, qu’il ne soit pas acerbe et nullement méprisant ; car ce qui en détourne vraiment beaucoup de leur projet d’étude, c’est le fait que d’aucuns les blâment comme s’ils les haïssaient. Qu’il parle lui-même chaque jour une voire plusieurs fois, afin que ses auditeurs emportent ses mots avec eux. De fait, bien que la lecture offre un nombre suffisamment important d’exemples à imiter, c’est toutefois la parole vivante, comme on dit, qui offre une nourriture plus riche, et tout particulièrement celle du professeur que ses disciples, si du moins ils sont bien formés, et aiment et révèrent.