Voir le Projet II.

Pour le moment, cette page regroupe les sujets de compositions et de versions latines et grecques.

     Les programmes, sujets et rapports des quelques dernières années se trouvent aussi, au format PDF, sur le site du ministère de l’Éducation nationale.

     Le site Arrête ton char propose, au format PDF, de nombreux programmes, sujets et rapports, sur plusieurs décennies.

     Une partie des programmes des sessions antérieures se trouve sur Wikipédia. On peut aussi en trouver de plus anciens dans les Bulletins officiels de l’Éducation nationale.

     Les sujets de 2008 à 2020 sont regroupés, en format PDF, sur le site du Département des Sciences de l’Antiquité de l’École normale supérieure de Paris, avec les rapports du jury.

Les sujets de 1970 à 1999 ont fait l’objet d’une publication au format papier qui les regroupe tous.

Quelques copies de concours se trouvent sur cette page (voir le Projet I).

Cette agrégation a distingué deux jurys, l’un pour les femmes et l’autre pour les hommes, à partir de la session 1962. Le concours est redevenu mixte lors de la session 1976.

B. FEMMES

Session 1962

Version latine

AVANT LES CIVILISATIONS

Terra ipsa fertilior erat illaborata et in usus populorum non diripientium larga. Quicquid natura protulerat, id non minus invenisse quam inventum monstrare alteri uoluptas erat. Nec ulli aut superare poterat aut deesse : inter concordes dividebatur. Nondum valentior imposuerat infirmiori manum ; nondum avarus, abscondendo quod sibi jaceret, alium necessariis quoque excluserat : par erat alterius ac sui cura. Arma cessabant incruentaeque humano sanguine manus odium omne in feras verterant. Illi, quos aliquod nemus densum a sole protexerat, qui adversus saevitiam hiemis aut imbris vili receptaculo tuti sub fronde vivebant, placidas transigebant sine suspirio noctes. Sollicitudo nos in nostra purpura versat et accerrimis excitat stimulis. At quam mollem somnum illis dura tellus dabat ! Non impendebant caelata laquearia, sed in aperto jacentes sidera superlabebantur et insigne spectaculum noctium. Mundus in praeceps agebatur, silentio tantum opus ducens. Tam interdiu illis quam noctu patebant prospectus hujus pulcherrimae domus. Libebat intueri signa, ex media caeli parte vergentia, rursus ex occulto alia surgentia. Quidni iuvaret vagare inter tam late sparsa miracula ? At vos ad omnem tectorum pavetis sonum et, inter picturas vestras siquid increpuit, fugitis attoniti. Non habebant domos instar urbium. Spiritus ac liber inter aperta perflatus et levis umbra rupis aut arboris et perlucidi fontes rivique non opere nec fistula nec ullo coacto itinere obsolefacti, sed sponte currentes et prata sine arte formosa, inter haec agreste domicilium, rustica positum manu. Haec erat secundum naturam domus, in qua libebat habitare.

Sénèque le Jeune, Lettres à Lucilius, XIV, 91, 40-43
(232 mots)

Session 1965

Première composition française

Étudiez, en vous limitant aux textes de Diderot inscrits au programme, cette observation du critique Herbert Dieckmann : « En faisant de ses idées des êtres qui agissent dans un récit, Diderot se libère des conflits où tombait sa pensée. Il a trouvé dans la forme littéraire un nouveau mode d’expression conforme à l’attitude de son esprit face à ses idées. »

[Le sujet est tiré de Herbert Dieckmann (1906-1986), Cinq leçons sur Diderot, Paris, Minard, 1959.]

Deuxième composition française

« On peut dire de Gil Blas, écrit Sainte-Beuve dans ses Causeries du lundi, qu’il se laisse faire par les choses ; il ne devance pas l’expérience, il la reçoit. »

Dans quelle mesure cette réflexion vous paraît-elle s’appliquer aux personnages picaresques, tels qu’ils se présentent dans les trois romans inscrits au programme ?

[Le sujet est tiré de Charles Augustin de Sainte-Beuve (1804-1869), Causeries du lundi, II, « Le sage », 1851.]

Version latine

DE LA PETITE À LA GRANDE HISTOIRE
UN ÉPISODE DES LUTTES DE LA PLÈBE POUR LE POUVOIR

M. Fabi Ambusti, potentis viri […], filiae duae nuptae Ser. Sulpicio maior, minor C. Licinio Stoloni erat, illustri quidem viro, tamen plebeio ; eaque ipsa affinitas haud spreta gratiam Fabio ad vulgum quaesierat. Forte ita incidit, ut in Ser. Sulpici, tribuni militum, domo sorores Fabiae cum inter se, ut fit, sermonibus tempus tererent, lictor Sulpici, cum is de foro se domum reciperet, forem, ut mos est, virga percuteret. Cum ad id, moris ejus insueta expavisset minor Fabia, risui sorori fuit, miranti ignorare id sororem. Ceterum is risus stimulos parvis mobili rebus animo muliebri subdidit. Frequentia quoque prosequentium rogantiumque num quid vellet, credo fortunatum matrimonium ei sororis visum, suique ipsam, malo arbitrio, quo a proximis quisque minime anteiri vult, paenituisse. Confusam eam ex recenti morsu animi cum pater forte vidisset, percontatus « Satin salve ? » avertentem causam doloris (quippe nec satis piam adversus sororem, nec admodum in virum honorificam) elicuit, comiter sciscitando, ut fateretur eam esse causam doloris, quod juncta impari esset, nupta in domo, quam nec honos nec gratia intrare posset. Consolans inde filiam Ambustus bonum animum habere jussit : eosdem propediem domi visuram honores, quos apud sororem videat. Inde consilia inire cum genero coepit.

Tite Live, Histoire romaine, VI, 34, 5-11
(190 mots)

Session 1966

Première composition française

Dans quelle mesure vous semble-t-il possible d’appliquer aux Provinciales cette réflexion de Pascal lui-même :

« Rien ne nous plaît que le combat, mais non la victoire […]. Ainsi dans le jeu, ainsi dans la recherche de la vérité. On aime à voir dans les disputes le combat des opinions ; mais de contempler la vérité trouvée, point du tout ; pour la faire remarquer avec plaisir, il faut la faire voir naître de la dispute… »  

[Le sujet est tiré de Blaise Pascal (1623-1662), Pensées, XXIX, 1669.]

Deuxième composition française

En vous limitant aux œuvres inscrites au programme, vous étudierez ce jugement de Brunetière relatif au drame bourgeois :

« Presque tout ce que la sensibilité a gagné au XVIIIe siècle, c’est l’art qui l’a perdu. »

[Le sujet est tiré de Ferdinand Brunetière (1849-1906), Les époques du théâtre français, 1892.]

Version latine

L’ORATEUR DIGNE DE CE NOM N’EST PAS NÉCESSAIREMENT UN AVOCAT HABILE

Illud est diligentius docendum, eum demum dicere apte, qui non solum quid expediat sed etiam quid deceat inspexerit. Nec me fugit plerumque haec esse conjuncta. Nam quod decet fere prodest, neque alio magis animi judicum conciliari, aut, si res in contrarium tulit, alienari solent. Aliquando tamen et haec dissentiunt. Quotiens autem pugnabunt, ipsam utilitatem vincet quod decet. Nam quis nescit nihil magis profuturum ad absolutionem Socrati fuisse, quam si esset usus illo judiciali genere defensionis, et oratione summissa conciliasset judicum animos sibi crimenque ipsum sollicite redarguisset? Verum id eum minime decebat ; ideoque sic egit ut qui poenam suam honoribus summis esset aestimaturus. Maluit enim vir sapientissimus quod superesset ex vita, sibi perire, quam quod praeterisset. Et quando ab hominibus sui temporis parum intelligebatur, posteriorum se judiciis reservavit, brevi detrimento jam ultimae senectutis aevum saeculorum omnium consecutus. Itaque quamvis Lysias, qui tum in dicendo praestantissimus habebatur, defensionem illi scriptam obtulisset, uti ea noluit, cum bonam quidem, sed parum sibi convenientem judicavisset. Quo vel solo patet non persuadendi sed bene dicendi finem in oratione servandum, cum interim persuadere deforme sit. Non fuit hoc utile absolutioni, sed, quod est majus, homini fuit.

Quintilien, Institution oratoire, XI, 1, 8-11
(189 mots)

C. HOMMES

Session 1962

Version latine

ORIGINE DE L’HARUSPICINE, ABSURDITÉ DE CELLE-CI

Ortum videamus haruspicinae ; sic facillime, quid habeat auctoritatis, judicabimus. Tages quidam dicitur in agro Tarquiniensi (1), cum terra araretur et sulcus altius esset impressus, extitisse repente et eum affatus esse qui arabat. Is autem Tages, ut in libris est Etruscorum, puerili specie dicitur visus, sed senili fuisse prudentia. Ejus adspectu cum obstupuisset bubulcus clamoremque majorem cum admiratione edidisset, concursum esse factum, totamque brevi tempore in eum locum Etruriam convenisse ; tum illum plura locutum multis audientibus, qui omnia verba ejus exceperint litterisque mandarint ; omnem autem orationem fuisse eam qua haruspicinae disciplina contineretur ; eam postea crevisse rebus novis cognoscendis et ad eadem illa principia referendis. Haec accepimus ab ipsis, haec scripta conservant, hunc fontem habent disciplinae. Num ergo opus est ad haec refellenda Carneade (2) ? Num Epicuro ? estne quispiam ita desipiens, qui credat exaratum esse… deum dicam an hominem ? Si deum, cur se contra naturam in terram abdiderat, ut patefactus aratro lucem aspiceret ? quid ? idem nonne poterat deus hominibus disciplinam superiore e loco tradere ? Si autem homo ille Tages fuit, quonam modo potuit terra oppressus vivere ? unde porro illa potuit quae docebat alios, didicisse ? Sed ego insipientior quam illi ipsi qui ista credunt, qui quidem contra eos tam diu disputem. Vetus autem illud Catonis admodum scitum est, qui mirari se aiebat quod non tideret haruspex, haruspicem cum vidisset. Quota enim quaeque res evenit praedicta ab istis ? aut, si evenit quippiam, quid afferri potest, cur non casu id evenerit ? […] Quid ego haruspicum responsa commemorem (possum equidem innumerabilia) quae aut nullos habuerint exitus aut contrarios ?

Cicéron, De la divination, II, 50-52
(249 mots)

(1) de Tarquinies, une grande ville d’Étrurie
(2) Carnéade, philosophe de l’école néo-académique et Épicure opposaient des arguments sceptiques à ceux qui croyaient à la divination.

Session 1965

Première composition française

On lit dans une des Cinq Grandes Odes, La Muse qui est la Grâce (1907) : « Je chanterai le grand poème de l’homme soustrait au hasard ! […]
Le grand poème de l’homme enfin par-delà les causes secondes réconcilié aux forces éternelles,
La grande Voie triomphale au travers de la Terre réconciliée pour que l’homme soustrait au hasard s’y avance ! »

De quelle manière Claudel a-t-il réalisé ce poème dans le Soulier de Satin ?

[Le sujet est tiré de Paul Claudel (1868-1955), Cinq Grandes Odes, « La Muse qui est la Grâce », Paris, Gallimard, 1913.]

Deuxième composition française

Dans ses Considérations sur l’histoire de France (1840) Augustin Thierry, protestant contre le succès contemporain de la philosophie de l’histoire, écrit :

« Dans une science qui a pour objet les faits réels et les témoignages positifs, on a vu s’introduire et dominer des méthodes empruntées à la métaphysique […]. L’histoire a été ainsi jetée hors des voies qui lui sont propres ; elle a passé du domaine de l’analyse et de l’observation exacte dans celui des hardiesses synthétiques… »

Vous expliquerez et discuterez ce jugement en fonction de l’ensemble des textes du programme. 

[Le sujet est tiré d’Augustin Thierry (1795-1856), Considérations sur l’histoire de France, chapitre V, 1840.]

Version latine

ROMULUS A EU RAISON DE NE PAS FONDER ROME AU BORD DE LA MER

Hoc vir excellenti providentia sensit ac vidit non esse opportunissimos situs maritimos urbibus eis quae ad spem diuturnitatis conderentur atque imperii, primum quod essent urbes maritimae non solum multis periculis oppositae, sed etiam caecis. Nam terra continens adventus hostium non modo expectatos sed etiam repentinos multis indiciis et quasi fragore quodam et sonitu ipso ante denuntiat ; neque vero quisquam potest hostis advolare terra quin eum non modo esse, sed etiam quis et unde sit scire possimus. Maritimus vero ille et navalis hostis ante adesse potest quam quisquam venturum esse suspicari queat, nec vero, cum venit, prae se fert aut qui sit aut unde veniat aut etiam quid velit ; denique ne nota quidem ulla, pacatus an hostis sit, discerni ac judicari potest. Est autem maritimis urbibus etiam corruptela quaedam ac demutatio morum ; admiscentur enim novis sermonibus ac disciplinis, et inportantur non merces solum adventiciae, sed etiam mores, ut nihil possit in patriis institutis manere integrum. Jam qui incolunt eas urbes non haerent in suis sedibus, sed volucri semper spe et cogitatione rapiuntur a domo longius ; atque etiam cum manent corpore, animo tamen exsulant et vagantur […]. Multa etiam ad luxuriam invitamenta perniciosa civitatibus suppeditantur mari, quae vel capiuntur vel importantur ; atque habet etiam amoenitas ipsa vel sumptuosas vel desidiosas illecebras multas cupiditatum.

Cicéron, De la république, II, 5-8
(210 mots)

Session 1966

Première composition française

Dans ses Propos de Littérature, Alain juge ainsi Stendhal romancier : « C’est bien un genre de cynique, et qui porte, comme Diogène, sa lanterne à découvrir l’homme ; mais c’est un cynique qui aime l’homme. »

Vous commenterez cette formule à l’aide des romans inscrits au programme.

[Le sujet est tiré d’Alain (1868-1951), Propos de Littérature, Paris, Paul Hartmann, 1934.]

Deuxième composition française

Discuter cette opinion de Madame de Staël :

« On croit trouver plus d’intérêt dans le drame, parce qu’il nous représente ce que nous voyons tous les jours ; mais une imitation trop rapprochée du vrai n’est pas ce que l’on cherche dans les arts. Le drame est à la tragédie ce que les figures de cire sont aux statues : il y a trop de vérité et pas assez d’idéal ; c’est trop, si c’est de l’art, et jamais assez pour que ce soit la nature. »

[Le sujet est tiré de Germaine de Staël (1766-1817), De l’Allemagne, seconde partie, chapitre XVI, 1813.]

Version latine

TOUS LES ENFANTS SONT CAPABLES DE FAIRE DES ÉTUDES

Nato filio, pater spem de illo primum quam optimam capiat. Ita diligentior a principiis fiet. Falsa enim est querela, paucissimis hominibus vim percipiendi quae tradantur esse concessam, plerosque vero laborem ac tempora tarditate ingenii perdere. Nam contra plures reperias et faciles in excogitando et ad discendum promptos. Quippe id est homini naturale ; ac, sicut aves ad volatum, equi ad cursum, ad saevitiam ferae gignuntur, ita nobis propria est mentis agitatio atque sollertia, unde origo animi caelestis creditur. Hebetes vero et indociles non magis secundum naturam hominis eduntur quam prodigiosa corpora et monstris insignia, sed hi pauci admodum. Fuerit argumentum, quod in pueris elucet spes plurimorum ; quae cum emoritur aetate, manifestum est non naturam defecisse, sed curam. Praestat tamen ingenio alius alium. Concedo, sed plus efficiet aut minus ; nemo reperitur, qui sit studio nihil consecutus. Hoc qui perviderit, protinus ut erit parens factus, acrem quam maxime curam spei futuri oratoris inpendat. […]

In parentibus vero quam plurimum esse eruditionis optaverim. Nec de patribus tantum loquor ; nam Gracchorum eloquentiae multum contulisse accepimus Corneliam matrem, cujus doctissimus sermo in posteros quoque est epistulis traditus […]. Nec tamen ii, quibus discere ipsis non contigit, minorem curam docendi liberos habeant, sed sint propter hoc ipsum ad cetera magis diligentes.

Quintilien, Institution oratoire, I, 1, 1-3 et 6-7
(202 mots)